Réseau Morphée

Pour une meilleure prise en charge des troubles chroniques du sommeil
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Partagez | 
 

 Détresse Insomnie, perte de poids, comment stopper?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alias12



Nombre de messages : 3
Age : 33
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/01/2014

MessageSujet: Détresse Insomnie, perte de poids, comment stopper?   Lun 27 Jan 2014 - 11:52

Voilà j'ai 29 ans et j'ai toujours eu des périodes d'insomnie depuis mes 20 ans environ. Des périodes de quelques jours à quelques semaines qui ont toujours fini par passer sans aucun recours à des médecins ou médicaments.

J'ai un sommeil habituel très léger, le moindre bruit, lumière me réveillent mais jusque là rien d'impossible à vivre. Pour vous dire, que ce soit mauvaise ou même bonne nouvelle, je peux rester éveillée toute la nuit sans aucunes difficultés pour me lever le lendemain.

Cependant, il y a trois mois environ, ma vie perso et pro ont été chamboulées par une quasi rupture (12 ans de couple) et une proposition de poste à l'étranger. En gros, j'avais 3 mois pour tout quitter et tout recommencer dans un autre pays que je n'avais pas forcément choisi. Les angoisses, les crises de tachycardie, ont rythmé ma vie non stop H24 sans aucune seconde de répit. Du coup, forcément avec un terrain propice à l'insomnie, tous mes soucis m'ont tenu éveillé sans aucun endormissement et avec l'envie de dormir qui a peu à peu disparu. J’ai disons fait une dépression nerveuse sans le savoir.

En novembre dernier, j’ai été à la pharmacie pour la première fois afin de demander des somnifères, somnifère que j’ai pris mais qui n’a eu aucun effet. Quelques jours après, je suis allée voir mon médecin traitant qui m’a prescrit une dose légère d’anxiolytique et du silnox. J’ai pris cela quelques jours (arrêt et reprise) avec en effet un endormissement mais de quelques heures uniquement accompagné de pertes de mémoire.  J’ai bien senti les effets indésirables tels que l’endormissement non naturel et la dépendance après seulement quelques jours.

J’ai ensuite été consultée une psychologue, une hypno-thérapeute, fait des séances d’acupuncture, de sophrologie et prend maintenant des huiles essentielles, fleur de bach, tisane, valériane qui permettent de me calmer mais tout revient très vite.

Cela fait maintenant deux semaines environ que tout commence à rentrer dans l'ordre perso/pro mais malgré tout mon corps s'est donc habitué à ne quasi plus dormir. Le plus inquiétant est la perte de poids qui s’ensuit alors que je suis de nature très mince à la base.

Je suis à un stade ou j’ai développé une angoisse de dormir et le stress de mon corps qui maigrit ne fait qu’aggraver les choses. En effet, de jour en jours je vois mon corps maigrir et les os deviennent apparents. Le physique est une obsession depuis un an environ et ne reconnaissant plus mon corps, le mal être, la perte de confiance s’installent.

J’ai été consulté un médecin du sommeil lors d’une première consultation ce mois-ci qui m’a simplement réorienté vers des techniques non médicamenteuses : le biofeedback mais pour lequel il faut attendre des mois avant une prise en charge à l’hôpital. J’ai une mesure du sommeil dans deux semaines avec résultats fin février. Donc en attendant, je ne sais plus quoi faire et est en détresse totale. Je me vois parfois aller aux urgences pour leur demander de me faire une anesthésie afin de dormir et récupérer ou aller à la pharmacie pour des somnifères ultra puissants..
Je pars en mission à l’étranger au mois d’avril et le temps m’est en plus assez limité.

Pour résumé, depuis le mois de novembre, je n’ai pas passé une nuit de plus de quelques minutes. Je reste à l’état "je ferme les yeux et j’attends jusqu’au lendemain", l’endormissement de passe plus malgré la volonté et les efforts pour retrouver une hygiène de vie saine.  
La méditation est la seule technique qui m’aide à m’apaiser réellement mais dans l’immédiat j’ai également besoin d’une aide concrète car est l’impression de dépérir à petit feu (quand on entends que la mort est possible etc..)

Par avance, merci pour vos témoignagnes car on a vraiment l'impression d'être seule et isolée et que personne peut nous aider.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MORPHEE
Modérateur


Nombre de messages : 14051
Date d'inscription : 29/11/2005

MessageSujet: Re: Détresse Insomnie, perte de poids, comment stopper?   Mar 28 Jan 2014 - 12:25

voir la réponse au même post dans la rubrique insomnie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.reseau-morphee.fr
marpeau



Nombre de messages : 2
Localisation : Québec
Date d'inscription : 03/01/2014

MessageSujet: Révélation   Mar 29 Avr 2014 - 11:28

Smile Bonjour,

    J'ai découvert le site Morphée en décembre dernier. Je venais de vivre un 6 mois d'insomnie et autres problèmes. J'ai trouvé le cœur de mon problème grâce à un membre du réseau.
Je raconte: j'ai des problèmes de sommeil depuis l'âge de 8 ans. J'ai connu des problèmes de santé à 40 ans: suite à une dernière grossesse, hypothyroïdie, anxiété, épuisement, insomnie occasionnelle. J'ai pris des antidépresseurs, des anxiolytiques et des somnifères. J'ai cherché tous les produits naturels possibles. J'ai consulté des psychologues. Je suis même allée vers des groupes d'entraide (AA, Phobie zéro). J'ai éliminé l'alcool, les produits laitiers, le gluten (j'ai entre autres une intolérance aux produits laitiers: réveils fréquents la nuit avec des douleurs abdominales). Avec mon cheminement psychologique, j'étais rendue l'été dernier à sevrer tous les médicaments (démarche entreprise depuis un an).
    Maintenant je le réalise, mais sur le coup je n'ai pas compris: je suis devenue hyperactive et insomniaque. J'ai toujours été très active, passionnée, etc. Comme j'étais ménopausée depuis peu, je suis allée vers les hormones. Ça a légèrement aidé. Mais plus le temps avançait plus l'insomnie s'installait, plus mon anxiété montait. J'ai accepté en janvier de reprendre un léger antidépresseur, qui selon mon médecin, est prescrit aux femmes ménopausée qui font de l'insomnie (Effexor 35 mg). Je suis référée en clinique du sommeil (attente de 2 ans)
C'est sur le Réseau Morphée que j'ai lu l'histoire d'une femme de 58 ans, qui avait un problème d'insomnie bien documenté. Suite à son passage en clinique du sommeil, un trouble déficitaire de l'attention a été diagnostiqué et un mois plus tard, suite à la prise de Ritalin, son sommeil était revenu normal.
     J'ai eu un doute quant à cette possibilité pour moi.
     Comme je travaille avec une psychologue en milieu scolaire, j'ai pu en discuter. Cette personne fait aussi des évaluations adultes au privé. Elle m'explique qu'il est mieux de faire aussi le test d'intelligence parce que, testée seule, l'attention peut être dans la moyenne; mais si le potentiel intellectuel est élevé, l'attention devrait être au même niveau. C'est ce que j'ai fait le 14 février.
LE CHOC: j'ai un QI dans la douance (au-dessus de 130, 99,9e rang centile au verbal et 98,2e rang centile au non verbal) et j'ai un déficit de l'attention (50e rang centile) avec hyperactivité (verbale le jour, cérébrale au milieu de la nuit).
Elle m'a conseillée d'aller lire sur le profil de l'adulte surdoué (Jeanne Siaud-Facchin :Trop intelligent pour être heureux? L'adulte surdoué).
    Je me reconnais dans ce profil, je reconnais mon conjoint mes enfants, mes parents, mes  frères et sœurs. C'est héréditaire et on a tendance à s'associer à des gens qui nous ressemblent. C'est aussi très méconnu! Il y a tout un profil associé qui inclut une grande sensibilité, du perfectionnisme, un manque d'estime de soi. On doute continuellement de soi. Je n'ai pas cru les résultats au début. Les tests ont été remis en question, la compétence de la psychologue, etc. Mais plus je lis plus je me comprends.
    Alors, côté sommeil. Les surdoués ne dorment pas toujours très bien: ils pensent constamment. Et le TDAH aussi cause de l'insomnie avec l'hyperactivité.
    Donc depuis février, j'ai sevré l'antidépresseur (sachant qui je suis et comment je fonctionne, mon anxiété a grandement diminué). J'ai essayé une médication psychostimulante que je pends seulement les jours de travail (Concerta, la plus faible dose). RÉSULTAT: je dors généralement bien la semaine (7h à 7h30) et moins bien les fins de semaine (4-5h). Je pense à prendre aussi du Concerta les fins de semaine pour un temps.
    Je me sens très heureuse. J'ai découvert comment je fonctionne. Je ne suis plus un problème isolé de sommeil, ou d'anxiété ou quoi encore. J'ai redécouvert mon pouvoir sur ma vie. Je ne panique plus devant une moins bonne nuit. Je sais quoi faire, je sais pourquoi ça arrive.
    Merci au Réseau, aux professionnels et aux membres. Le partage de nos expériences est une grande richesse collective.
Bonne chance à toi!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Détresse Insomnie, perte de poids, comment stopper?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Détresse Insomnie, perte de poids, comment stopper?
» Détresse Insomnie, perte de poids, comment stopper?
» Nos seins apres perte de poids
» Arret de la perte de poids après bypass
» renseignements perte de poids 12 jrs apres pose anneau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Réseau Morphée :: Les traitements :: Autres traitements-
Sauter vers: