Réseau Morphée

Pour une meilleure prise en charge des troubles chroniques du sommeil
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Partagez | 
 

 Arrêt brutal du zolpidem

Aller en bas 
AuteurMessage
Carandache

avatar

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 04/09/2016

MessageSujet: Arrêt brutal du zolpidem   Dim 4 Sep 2016 - 12:17

Bonjour,

J'ai décidé de m'inscrire sur ce forum à cause d'une inquiétude liée à la décision prise par mon médecin. Cela fait 7 mois qu'il m'a prescrit du zolpidem (1 comprimé le soir puis j'ai pu passer à 1/2 depuis 3 mois). Il y a 2 mois, nous avons décidé d'essayer de l'arrêter progressivement sur 8 semaines. Malheureusement, cela s'est révélé être un échec.

Le médecin ne désire pas prolonger davantage mon traitement, et moi non plus je dois dire (je refusais de prendre des somnifères mais je n'ai eu d'autres choix après l'essai de plusieurs alternatives). Il m'a donc posé une date limite jusqu'à laquelle je peux prendre le traitement et ensuite ... je dois l'arrêter net confused !

Tous les avis que je l'ai lus auparavant indiquent que le sevrage doit impérativement se faire de manière progressive. Je me pose donc la question de savoir si mon médecin est conscient de ce qu'il veut m'imposer, si son opinion est acceptable ou au contraire critiquable.

Je ne doute pas de ses qualités de médecin, j'ai toujours suivi ses conseils. Mais je dois avouer que sur ce coup, je suis relativement sceptique.

Merci d'avoir lu et de m'avoir donné votre avis !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MORPHEE
Modérateur


Nombre de messages : 14731
Date d'inscription : 29/11/2005

MessageSujet: Re: Arrêt brutal du zolpidem   Mer 7 Sep 2016 - 9:54

Arrêter les médicaments quand le trouble du sommeil perdure n'est pas facile, mais l'alternative est de tomber dans les engrenages de la dépendance à une hypnotique, avec les augmentations de posologie progressives, un sommeil qui va de mal en prie (surtout quand vous n'avez pas de traitement) et la diminution de performance le jour. Que votre medecin essaye de vous sortir de là avant que la piège se referme sur vous n'a rien de surprenant. 

Et si on revient à l'insomnie pour mieux comprendre ce qui se passe? Ça nous aidera par la suite pour vous guider dans le sevrage. Racontez nous un peu de ce qui se passe: elle a commencé brutalement dans la suite d'un événement? Un souci d'endormissement ou plutôt les réveils en pleine nuit? Y a-t-il des symptômes associés (ex un ronflement, des impatiences aux jambes)? vous vous couchez et vous vous levez à quelle heure en semaine et le weekend? Que fait vous lors des éveils pendant la nuit?

_________________
Découvrez la Web série sur le sommeil des jeunes et l'appli gratuite Mon Coach Sommeil sur le Google Play 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.reseau-morphee.fr
Carandache

avatar

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 04/09/2016

MessageSujet: Re: Arrêt brutal du zolpidem   Mer 7 Sep 2016 - 19:25

Merci pour votre réponse !

Mes insomnies se sont manifestées à la suite de stress professionnel (pas d'événement précis donc). Cette situation perdure et malgré la mise en application de différents conseils pour mieux dormir, il m'arrivait fréquemment de ne pas dormir avant 3-4h (ayant été me coucher vers 22-23h). En prenant le zolpidem, je m'endors rapidement mais me réveille systématiquement avant la sonnerie de mon réveil (env. 1h avant), ce qui reste une situation bien plus confortable. Par contre, il est vrai que je ressens de la fatigue, je somnole pendant la journée dès que j'ai une pause, je n'ai pas la force de réaliser une tâche physique ou intellectuelle pendant mon temps libre, ce qui me laisse penser que mon sommeil n'est pas très réparateur. Je n'ai aucun symptôme associé.

Généralement, je me couche vers 23h et me lève à 6h (mais me réveille vers 5h) la semaine. Le weekend, c'est à peu près identique si ce n'est que je reste plus longtemps dans mon lit (env. jusqu'à 8h) pour ne pas réveiller toute la maison.

Pendant les périodes d'éveil, je ne me lève pas systématiquement. Il m'arrive de lire mais c'est rare. Il est vrai que je passe passablement de temps à ruminer et à me tourner et retourner dans mon lit.

Mon médecin a posé comme ultimatum mes prochaines vacances, pendant lesquelles l'arrêt devra se faire. Je suis donc "tranquille" jusque-là. Je comprends sa volonté de me faire arrêter mais c'est en même temps une perspective qui m'angoisse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MORPHEE
Modérateur


Nombre de messages : 14731
Date d'inscription : 29/11/2005

MessageSujet: Re: Arrêt brutal du zolpidem   Ven 9 Sep 2016 - 10:03

Un stress difficile a gérer et des insomnies de fin de nuit... La demie vie de Zolpidem est de 2 heures et demie, donc le fait que vous vous réveillez en fin de nuit n'est pas surprenant. Or les insomnies de fin de nuit qui perdurent sont parfois associé avec un état dépressif. Ça va sur le plan de l'humeur?

_________________
Découvrez la Web série sur le sommeil des jeunes et l'appli gratuite Mon Coach Sommeil sur le Google Play 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.reseau-morphee.fr
Carandache

avatar

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 04/09/2016

MessageSujet: Re: Arrêt brutal du zolpidem   Dim 11 Sep 2016 - 21:11

Sur le plan de l'humeur ?

Ressentant du stress au travail et ne dormant pas comme je le souhaiterais, je peux affirmer que je ne transpire pas la joie chaque seconde. Ceci dit, il me semble que j'arrive à me préserver d'une certaine manière (via le sport notamment).

Difficile donc de répondre par oui ou non !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MORPHEE
Modérateur


Nombre de messages : 14731
Date d'inscription : 29/11/2005

MessageSujet: Re: Arrêt brutal du zolpidem   Ven 23 Sep 2016 - 13:22

Je vous pose la question car les insomnies de fin de nuit dans un contexte dépressif (masqué ou non) répondent bien à un traitement par antidépresseur ce qui facilite le sevrage d'hypnotique et qui est plus facile à arrêter par la suite (pas de syndrome de sevrage...) . Parlez-en à votre medecin traitant et tenez-nous au courant.

_________________
Découvrez la Web série sur le sommeil des jeunes et l'appli gratuite Mon Coach Sommeil sur le Google Play 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.reseau-morphee.fr
 
Arrêt brutal du zolpidem
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arrêt brutal du zolpidem
» Benzodiazépines - anxiolytiques, hypnotiques : le danger d'un sevrage brutal
» sevrage de l'imovane
» J'ai réussi à arrêter le zolpidem
» sevrage du Zolpidem

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Réseau Morphée :: Les traitements :: Les médicaments-
Sauter vers: