Réseau Morphée

Pour une meilleure prise en charge des troubles chroniques du sommeil
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Partagez | 
 

 Quelles pistes ensuite ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Azurys



Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 20/03/2015

MessageSujet: Quelles pistes ensuite ?   Mar 26 Juil 2016 - 11:48

Bonjour,

J'ai commencé à travailler sur mon problème de sommeil depuis plus d'un an déjà. ça va faire trois ans que je souffre d'un sommeil non réparateur. J'ai effectué des examens à un hôpital parisien où j'ai dû remplir un des questionnaires du Réseau Morphée, je viens donc vers vous.
Je m'explique : ça fait trois ans que je souffre d'un sommeil non réparateur, même quand je suis en vacances, ailleurs, que je dorme seule ou non, etc. Je pensais au début que c'était psychologique, mais les antidépresseurs et anxiolytiques n'ont rien changé du tout.
Alors, n'en pouvant plus, l'année dernière, j'ai commencé à prendre des rendez-vous.
Après enregistrement du sommeil chez moi (par un ORL puis à l'hôpital parisien où je suis allée), on m'a confirmée que mon problème de sommeil n'était pas lié à un problème de respiration et que ce n'était pas de l'apnée du sommeil (je semble en avoir les symptômes sans arrêts respiratoires : des amies et mon copain m'ont dit que je m'agitais la nuit, respirais fort, je me réveille avec des maux de tête, yeux secs, la bouche sèche, je bave sur l'oreiller, et je souffre de grande somnolence durant la journée, la sieste ne me repose pas non plus).
Je prends de la mélatonine pour m'aider à m'endormir, je n'ai pas de réveils nocturnes, je ne fais ni rêve ni cauchemar (ou ne me souviens de rien au réveil ?), je fais du sport, je dormais très bien il y a plusieurs années de cela...
Je ne sais pas quoi faire. J'avais fait une gastrite il y a cinq ans et j'ai des brûlures d'estomac que je soigne, mais je doute que ça puisse altérer à ce point le sommeil.
1) Avez-vous des idées de pistes qui pourraient expliquer mon sommeil ?
2) Pensez-vous que je puisse rappeler l'hôpital pour demander une polysomnographie ? Je m'explique : j'ai rendez-vous dans un centre du sommeil pour une consultation mais fin novembre. En attendant, j'ai fait un enregistrement du sommeil chez moi dans un autre hôpital. Dans cet hôpital, j'ai vu une médecin qui était persuadée que mon sommeil était lié à mes amygdales et rien d'autre (mais les résultats du test ont prouvé que non). Sauf que voilà, elle ne sait pas à quoi ça pourrait être dû, et m'a dit de rappeler dans six mois pour demander à passer une polysomnographie pour savoir ce qui pourrait gêner mon problème. Mais pourquoi six mois (ce n'était pas un problème de délais de rendez-vous) ? Pour voir si c'est psychologique et que ça passe ? Est-ce que vous pensez que je peux appeler la secrétaire à l'hôpital pour demander à prendre un rendez-vous pour une polysomnographie dans les plus brefs délais malgré que le médecin veut attendre six mois sans explication ? (La médecin avait dit que je devrais avoir un délais d'une à deux semaines seulement).
Je précise que je ne prends ni alcool, ni tabac, je fais du sport, j'ai pris dix kilos il y a trois ans en me laissant aller mais je suis redescendue à un poids normal et rien ne change.
En m'excusant du manque de clarté de mon message et en vous remerciant par avance pour ce que vous faîtes pour les gens sur le site et le forum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MORPHEE
Modérateur


Nombre de messages : 14955
Date d'inscription : 29/11/2005

MessageSujet: Re: Quelles pistes ensuite ?   Jeu 28 Juil 2016 - 11:18

De très nombreuses causes peuvent entrainer des difficultés de sommeil... L'enregistrement polysomnographique permet essentiellement d'éliminer les causes strictement organiques, comme les apnées du sommeil. Dans la mesure où un premier examen (ou même deux je n'ai pas bien compris) a été fait et a éliminé ces pathologies, il semble inutile de le réitérer, en tout cas dans l'immédiat, car la polysomnographie vient plutôt répondre à une question... En revanche, votre médecin a peut être pensé qu'une autre hypothèse se dessinerait et qu'un nouvel examen dans 6 mois permettrait d'y répondre. N'hésitez pas à lui reposer la question.
Peut être serait-il pertinent de creuser la piste du reflux gastrique? Les remontées acides peuvent être de nature à empêcher ou interrompre votre sommeil... Etes vous réveillée par des douleurs la nuit? par un inconfort?

Au delà de cette hypothèse, vos difficultés concernent-elles l'endormissement? Vous parlez de sommeil non réparateur, comment vous sentez-vous dans la journée? Etes vous gênée par une somnolence ou plutôt par une lassitude, un sentiment d'avoir comme une enclume sur les épaules?
Votre hygiène de sommeil semble tout à fait bonne, ce qui est promordial pour optimiser la qualité de votre sommeil. Parallèlement, gardez bien régulière votre heure de lever, afin de garantir la bonne synchronisation de votre horloge biologique, et donc de la bonne alternance de votre rythme veille sommeil. De même, favorisez l'activité physique et l'exposition à la lumière le matin, ce qui est plus facile à cette période de l'année!

La dernière piste concerne le niveau de tension dans la journée. Si on accumule tout au long de la journée des éléments de tension ou de stress, sans les faire redescendre ponctuellement, on aborde le coucher avec un niveau de tension qui peut tout à fait alléger le sommeil pendant toute la nuit. Ainsi, on conseille de ménager un temps de décompression le soir avant le coucher, afin de ne pas passer brutalement des activités trépidantes et stressantes de la journée à la décontraction que requiert un bon sommeil, mais aussi de ponctuer votre journée de petites pauses, qui évitent l'accumulation exponentielle du stress.

Bon courage, l'idée est de mettre en œuvre conjointement tous ces comportements favorables au sommeil, et de tenir dans le temps!

_________________
Découvrez la Web série sur le sommeil des jeunes et l'appli gratuite Mon Coach Sommeil sur le Google Play 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.reseau-morphee.fr
Azurys



Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 20/03/2015

MessageSujet: Re: Quelles pistes ensuite ?   Jeu 28 Juil 2016 - 15:23

Je tiens tout d’abord à vous remercier de votre réponse rapide.
J’ai passé deux enregistrements, un chez une ORL, mais un petit pour les apnées, et un deuxième plus conséquent à l’hôpital, qui n’a rien révélé comme cause physique apparente. Je ne sais pas… C’était un médecin de l’hôpital, je n’ai même pas son nom, et elle était persuadée, avant les résultats, que le problème venait de mes amygdales, et ne savait pas quoi me dire ensuite, à part de revenir pour essayer de retenter l’expérience.
J’y ai pensé, et je prends des médicaments et mange plus sainement pour essayer de soigner ça, mais je n’ai aucun réveil nocturne, ni douleur dans la nuit, seulement un inconfort au ventre après manger, qui passe rapidement. (Et je doute que ça gênerait autant ma santé ? Enfin, je ne sais pas.)

Oui et non. J’avais du mal à m’endormir, je mettais plus de 40 minutes pour m’endormir, et sur une heure, je ne pouvais pas faire de sieste du coup, ou ne dormais que 10 minutes (ce qui ne me remettait pas d’aplomb), mais maintenant je prends de la mélatonine donc je m’endors dans les vingt minutes.
Je vais essayer de vous décrire précisément mon sommeil si ça peut vous aider (et je vous remercie encore ) : je m’endors, je n’ai pas de réveil nocturne, pas envie d’uriner, je me réveille sans rêve ni cauchemar avec un mal de tête, fatiguée (non reposée), j’ai la bouche sèche. Quand je m’allonge, une narine se bouche, je me réveille parfois avec les jambes pliées (mais aucun picotement etc) et des amies et mon copain disent que je suis agitée dans mon sommeil et respire fort (pas de ronflement, sans arrêt respiratoire, pas d’apnée du sommeil).
Dans la journée, je somnole beaucoup, même en prenant un repas léger c’est difficile de ne pas fermer les yeux dans l’après-midi, j’ai un grand manque de concentration et peu d’entrain à cause de la fatigue. Mais le soir, je semble aller un peu mieux je crois. Quoi que je fasse, que je dorme 4h ou 8h ou 10h, je suis épuisée au réveil, même en faisant une sieste. (D’où le fait que je pensais que c’était un problème respiratoire mais en fait non.) C’est plus une forte somnolence qui me donne envie de dormir.
(Je tiens à préciser que j’étais dépressive il y a cinq ans mais que j’ai beaucoup lu de livres pour m’aider, j’ai vu des psychologues, et je vois même quelqu’un en CMP aujourd’hui – qui m’aide à ne pas laisser tomber ma guérison malgré les rendez-vous à l’hôpital dans longtemps pour mon sommeil, mais elle ne sait pas quoi me conseiller à part la mélatonine, elle n'a pas l'air de penser que c'est psychologique -, quand j’étais dépressive, j’adorais faire une sieste ou dormir, c’était assez rapide, et ça me mettait à zéro/reboostait ensuite. Là ce n’est pas le cas. Je vais bien mieux psychologiquement parlant, j’ai beaucoup travaillé sur moi, j’ai un but, un travail, etc, mais je suis épuisée à cause de mon mauvais sommeil.)
Oui, je garde les mêmes horaires de coucher et lever pour ne pas aggraver encore plus mon sommeil. Je fais aussi du sport dans la journée (au moins 30 minutes chaque jour), j’essaie de manger équilibrée et je prends soin de moi.

Pour me coucher sans tension, je lis un livre reposant ou fais des choses reposantes juste avant, j’essaie de me mettre en condition pour m’endormir apaisée, au cas où ce serait dû au stress. (Mais en trois ans, où que je sois et quoi que je fasse, rie n’a changé.)

Merci ! C’est difficile, mais comme je l’ai dit, ça fait trois ans donc j’ai l’habitude à force mais j’espère retrouver un sommeil normal et me sentir enfin reposée. ^^’

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MORPHEE
Modérateur


Nombre de messages : 14955
Date d'inscription : 29/11/2005

MessageSujet: Re: Quelles pistes ensuite ?   Jeu 11 Aoû 2016 - 9:11

Le sommeil alterne avec l'éveil, et comme pour tous les rythmes, on peut l'optimiser en augmentant son amplitude: ainsi, plus vous serez active et éveillée dans la journée (sans aucun assoupissement intempestif), mieux le rythme sera marqué et ainsi meilleur sera votre sommeil. C'est en préparant votre sommeil pendant la journée qui précède que vous garantirez une bonne pression de sommeil: celle-ci, couplée à un réveil à heure fixe tous les jours et à une mise au lit si et seulement si vous sentez les signes de somnolence, favorisera un sommeil de qualité.
Il est difficile de répondre de façon ajustée à votre situation sans une vraie consultation! Aviez-vous été orientée par le Réseau Morphée quand vous avez envoyé votre dossier? L'idéal serait de remplir un agenda de sommeil pendant 2 ou encore mieux 3 semaines, ce qui permet ensuite au spécialiste de cibler la conduite à tenir...
L'agenda vous aidera sans doute à repérer déjà quelques éléments sur lesquels vous pourrez concentrer vos efforts.
Bon courage, et tenez-nous au courant!

_________________
Découvrez la Web série sur le sommeil des jeunes et l'appli gratuite Mon Coach Sommeil sur le Google Play 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.reseau-morphee.fr
 
Quelles pistes ensuite ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» valider le c2i2e, quelles sont vos pistes?
» Mauvaise circulation sanguine : quelles plantes
» Admission LLG, quelles conditions??
» Neige, grève, maladies....quelles parties du programme allez-vous passer à la trappe?
» Revenir en arrière, quelles peuvent-en être les raisons ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Réseau Morphée :: Le sommeil :: Le sommeil au quotidien-
Sauter vers: