Réseau Morphée

Pour une meilleure prise en charge des troubles chroniques du sommeil
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Partagez | 
 

 Presque guéri, une dernière étape à franchir...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
JeromeJ



Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 01/09/2015

MessageSujet: Presque guéri, une dernière étape à franchir...   Mer 14 Oct 2015 - 23:13

J'ai 33 ans, j'ai commencé à avoir des problèmes de sommeil il y a environ 5 ans. Ces problèmes, peu fréquents d'abord, ce sont progressivement accentués, jusqu'à atteindre un paroxysme en 2011, alors que j'arrivais à Paris pour une mutation professionnelle. Le changement d'environnement, mais aussi un mal-être grandissant, une absence de perspective réjouissante, tant personnelle que professionnelles, tout cela s'est cumulé. J'absorbais les chocs la journée, comme j'avais l'habitude de le faire, mais la douleur ressortait la nuit, d'une manière confuse mais dévastatrice. En parallèle, j'ai commencé à prendre du Zolpidem, sur les conseils de ma mère. Elle m'assurait que ce n'était pas un vrai somnifère. J'ai bien senti grandir la dépendance, mais comment s'en passer ? Cependant, en 2012, alors que je revenais de vacances (je n'en prenais jamais pendant les vacances), et que j'étais à court de boite, j'ai décidé d'arrêter une bonne fois pour toute.

Je n'en ai jamais repris et j'en suis bien content. Mais les problèmes ont persisté. J'ai mis du temps à analyser l'origine de mes insomnies, car elles semblaient déclenchées par des motifs souvent différents. Toutefois, j'ai fini par percevoir que j'accumulais, sans trop m'en rendre compte, un mal-être depuis trop longtemps. J'étais un désaccord avec moi-même, j'avais des rêves mais je les avais tous enterrés, et je me sentais vieillir, j'aurais pu faire pleins de choses, mais je ne faisais rien. J'avais apparemment une très mauvaise mine à ce moment-là, mais je continuais à subir.

J'ai pris un congé sabbatique en 2014. Je voulais voyager et vivre mes 2 grandes passions, au moins pour un temps, et pourquoi pas changer de vie à terme. Je suis revenu, mais j'ai beaucoup grandi, je suis fier de ce que j'ai fait, et j'ai trouvé un meilleur boulot.

Pourtant les problèmes de sommeil n'ont pas disparu. Il ne suffit pas de fuir, et de prendre des décisions extrêmes. Même si ça m'a énormément aidé de me retrouver face à moi-même, et de m'écouter. Je suis parvenu à une situation assez stable, dans laquelle je dormais 5H par nuit, de manière assez constante. J'étais à l'autre bout du Monde, sans contrainte, et pourtant je n'avais pas récupéré un sommeil normal. Car autant dire qu'avec 5H par nuit, je n'avais pas mon quota, d'autant plus que je pratiquais beaucoup de sport. Cela me pénalisait d'ailleurs beaucoup dans mes performance.

J'ai découvert la méditation, et ça m'a aidé, notamment quand je me retrouvais en situation de panique la nuit. Mais mon sommeil restait très instable et insuffisant. J'ai acheté de la mélatonine en pharmacie, mais ça n'a pas été miraculeux.

Ayant épuisé tous les moyens à ma disposition, je me suis dit que je n'avais plus rien à faire à part aller voir un spécialiste. J'ai donc consulté un médecin du sommeil, à Antony. Celui-ci m'a prescrit un traitement intéressant : psy pour détecter d'éventuels syndrome dépressif, sophrologie, et Circadin, un médicament à base de mélatonine (assez cher).

Je n'ai pas pu aller consulter chez le psy que m'a conseillé le médecin car il était trop pris, je suis allé en voir un autre, peu efficace. Mais mon sommeil s'est amélioré. Pour la première fois depuis longtemps, je peux faire plusieurs nuits de 8H d'affilé. Quelle plaisir ! Je voudrais déjà dire aux lecteurs de ce forum qu'il est possible de retrouver le sommeil ! il fait se donner les moyens, pas au moment de se coucher, mais dans sa vie en général, à travers une discipline et une écoute de soi. C'est dur, je sais, mais c'est possible.

Pourtant, pourtant... aujourd'hui, je garde une grosse faiblesse : j'ai beaucoup de mal à dormir tout seul. Ma copine n'est pas toujours là et je dors mal dès qu'elle est loin. Je ne comprends pas pourquoi je suis si sensible, je dors seul seulement 3 nuits par semaine, je ne suis pas du tout "abandonné". Mais une espèce de veilleuse se met en marche au fond de cerveau dès que je mets au lit, et mon sommeil, au mieux, est de mauvaise qualité. Au pire, je ne dors pas. C'est vraiment comme un état de vigilance qui ne veut pas s'éteindre. Une incapacité à se sentir en sécurité.

Vers qui dois-je me tourner ? y a-t-il des psychologues sur Paris qui peuvent soigner ce trouble ? Aujourd'hui ça me dépasse, ce n'est plus de l'ordre du rationnel, je ne sais pas comment gérer ce problème. Merci d'avance, merci beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MichelleG



Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 30/06/2015

MessageSujet: Espoir   Ven 16 Oct 2015 - 10:45

Bonjour Jérôme,
Votre message me remplit d'espoir car vous dites que vous avez réussi à vous passer de Zolpidem. J'aimerais avoir des précisions. Comment avez vous fait ? Avez vous arrêté du jour au lendemain ? Depuis 6 mois , je fais de l'insomnie suite à un événement grave dans ma vie personnelle. J'ai commencé par un Zolpidem puis 1/2 + 1 noctamide . Depuis 1 mois , je ne prends plus de Noctamide et je suis restée à 1/2 Zolpidem. Mon sommeil est trés irrégulier. Pendant plus d'un mois par exemple , j'ai dormi 3 heures puis réveil et rendormissement quasi immédiat avec des nuits de 6h/6h30 voire 7 heures( le bonheur) . Dans le pire des cas ( cette nuit par exemple) , je dors 3 heures ( le temps d'action du médicament ) et c'est fini. Comme vous dites , le cerveau se met en état de vigilance et impossible de se rendormir. Pourtant je fais tout pour me détendre ( sophrologie , Psy, etc...). Je crois qu'en fait , nous n'arrivons pas à lacher prise et que notre problème prend trop de place dans notre vie . Cela devient une croyance . Pour vous c'est le fait de ne pas vous sentir en sécurité et pour moi , c'est le fait que quand ça va mieux , c'est trop beau pour que ça dure. Il faudrait arriver à se débarrasser de ces croyances mais si l'intellect comprend , l'émotionnel , lui , ne décroche pas aussi facilement. Mais en vous lisant , je me dis que c'est possible de se passer de somnifères et cela me redonne du courage.
Bon courage.

Michelle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MORPHEE
Modérateur


Nombre de messages : 13803
Date d'inscription : 29/11/2005

MessageSujet: Re: Presque guéri, une dernière étape à franchir...   Jeu 22 Oct 2015 - 11:01

Michelle a raison, pour bien dormir, il faut se sentir en sécurité. Cela est indispensable, tant qu'un "danger potentiel" subsiste, on va rester aux aguets, (la fameuse veilleuse au fond du cerveau!) en vigilance forcée même si le sommeil est prêt à survenir, ce qui empêche l'endormissement ou au mieux allège le sommeil...
Cette confiance requise ne concerne pas seulement l'environnement extérieur: il faut également avoir le sentiment d'avoir fait ce qui était nécessaire, au niveau de son quotidien bien sûr, pour la journée comme pour la nuit, mais aussi au niveau de ses aspirations, ses valeurs et ses besoins.
Cela va se décliner de différentes façons: nécessité de "fermer" les différents chantiers entrepris dans la journée, pour la nuit conviction d'avoir fait tout ce qui est nécessaire au bon sommeil (et par exemple d'avoir bien pris tous les hypnotiques qui ont montré leur efficacité et dont on croit du coup un peu vite qu'ils sont indispensables), mais aussi sentiment d'être en paix avec soi.
Cet aspect peut être travaillé avec un psychologue habitué à la prise en charge de l'anxiété, mais ne doit pas vous empêcher de poursuivre les efforts comportementaux en faveur d'un bon sommeil! C'est sans doute en menant les deux de front que vous pourrez "parfaire" cette guérison et franchir la dernière étape!

_________________
Découvrez la Web série sur le sommeil des jeunes et l'appli gratuite Mon Coach Sommeil sur le Google Play 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.reseau-morphee.fr
JeromeJ



Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 01/09/2015

MessageSujet: Re: Presque guéri, une dernière étape à franchir...   Lun 23 Nov 2015 - 4:29

Merci pour ces conseils. Effectivement, c'est ce que j'ai essayé de faire ces derniers mois. En ce moment, je constate aussi que je suis un peu "traumatisé" par mes mauvaises nuits et j'y pense énormément à l'endormissement. Je peux m'endormir dans ces conditions, mais je suis tendu et je me réveille au bout de 5h, ou bien je n'arrive carrément pas à m'endormir. C'est une anxiété irrationnelle, incontrôlable, marquée par trop d'années de problèmes de sommeil, et je ne sais pas comment m'en débarrasser. Pourriez-vous me dire vers quelle qui me diriger ? Un psy à Paris, une spécialité en particulier ? Merci d'avance

Michelle, concernant le zolpidem, j'ai simplement arrêté d'en prendre pendant les vacances. Au retour de vacances, les problèmes sont revenus mais au final, avec ou sans zolpidem, c'est pareil, sauf qu'au moins je ne suis pas dépendant de ce médicament, je peux quand même dormir sans. Disons que c'était un premier pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MORPHEE
Modérateur


Nombre de messages : 13803
Date d'inscription : 29/11/2005

MessageSujet: Re: Presque guéri, une dernière étape à franchir...   Mar 24 Nov 2015 - 11:25

Bravo de cet arrêt réussi!. La prise continue de benzodiazépines finit en effet par ne plus être efficace sur nos récepteurs à moins d'augmenter les doses, donc il est vraisemblable que votre sommeil avant les vacances avec zolpidem soit similaire à celui de maintenant sans traitement. Et que vous avez manifestement profité du temps des vacances où le sommeil est plus facile (et durant lequel on dort peut être un peu moins!) pour faire franchir la marche du sevrage à vos récepteurs grâce à l'accumulation de la pression de sommeil...

La mauvaise expérience, répétée, de l'insomnie suffit parfois en elle même à maintenir la peur de ne pas dormir et donc l'insomnie. Travailler sur cette anxiété, par exemple au travers d'une prise en charge comportementale et cognitive,vous aidera effectivement; si vous habitez en Ile de France, vous pouvez vous adresser au Réseau Morphée et nous renvoyer un dossier de prise en charge, téléchargeable sur notre site, afin que notre médecin coordonnateur vous oriente au mieux.

_________________
Découvrez la Web série sur le sommeil des jeunes et l'appli gratuite Mon Coach Sommeil sur le Google Play 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.reseau-morphee.fr
 
Presque guéri, une dernière étape à franchir...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les étapes de l'éveil
» Les milles usages du Duct tape
» En espérant que ce sujet passera l'étape de la censure...
» I speak english very well....... Euh enfin presque !
» Point d'étape année scolaire 2010-2011 du ministère

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Réseau Morphée :: Les pathologies :: Insomnie-
Sauter vers: