Réseau Morphée

Pour une meilleure prise en charge des troubles chroniques du sommeil
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Partagez | 
 

 Mon sommeil me gâche la vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
milou35



Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 23/04/2013

MessageSujet: Mon sommeil me gâche la vie   Mar 23 Avr 2013 - 13:21

Bonjour, je viens juste de rejoindre ce forum pour exposer un problème de sommeil qui me suit depuis pas mal d'années. J'ai déjà pensé à voir un médecin mais je préfère m'adresser à vous pour le moment.

Voici le problème: Cela fait pas mal d'années que mon sommeil est trop lourd et que je n'arrive pas à me réveiller aux heures où je voudrais pouvoir sortir de mon lit. Je peux dormir entre 10 et 12 heures par nuit voir plus si il m'arrivais de me coucher relativement tard. Pour vous citer quelques exemples, après avoir assisté à une fête de mariage, je n'ai pas pu me lever de mon lit pendant 36 heures d'affilées (Autant dire que quand je me suis réveillé, mon père m'a gentiment dit que j'avais loupé toute une journée). Cette petite hibernation s'est passée à l'âge de 17 ans. Autre exemple: à 15 ans, j'ai subit un choque affectif. Je vivais avec ma mère en Espagne et elle me renvoya du jour au lendemain en France chez mon père que je n'avais pas vu depuis 3 ans et avec qui j'étais en conflit. Les trois premiers mois, impossible de sortir de mon lit! (autant dire que je dormais ma vie et que je la subissais). Je dormais à ce moment là plus qu'aujourd'hui (entre 12 et 14h de sommeil).

Aujourd'hui j'ai 19 ans et ce problème de sommeil persiste. Il m'arrive de ne pas entendre mon réveil ou de l'éteindre inconsciemment. Pourtant, comme je suis à l'université, j'arrive tant bien que mal à me lever le matin pour aller en cours, mais je me lève toujours à la dernière minute, c'est à dire 15min avant de partir. Je sais que j'ai la possibilité de me lever quand mon cerveau sait qu'il y a une raison de le faire. En revanche, quand vient les jours où je n'ai pas de raison particulière et importante de me lever, c'est l'enfer! Comme si j'étais dans une lutte permanente avec mon corps. Il m'arrive de me dire Mais bouge toi! bouge toi! Rien n'y fait.

Heureusement, je vis avec mon compagnon qui m'aide souvent à sortir de mon lit. Sans lui je pourrais y rester toute la journée. Et il ne s'agit pas de dormir, c'est aussi un réel plaisir de pouvoir parfois continuer ses rêves ou tout simplement rester au chaud sous la couette. Mais dès que je regarde l'heure sur la pendule, je culpabilise. Je suis quelqu'un de très active dans la vie de tous les jours, mais pour me faire démarrer c'est un cauchemar. Je penses alors que ma journée est fichue, que j'ai perdu tout mon temps (et je pense qu'à 19 ans on a pas lieu de dormir autant!).

J'ai même réussit à refiler ce sommeil à mon compagnon. Quand je l'ai rencontré, c'était le genre d'homme à se lever naturellement vers 8h tous les matins. Aujourd'hui, c'est même parfois moi qui le sort du lit. Il a fallut quelques mois pour que son sommeil devienne presque aussi conséquent que le mien. (Dommage, je comptais sur lui pour me recaler correctement).

Depuis toute petite j'ai du mal à me réveiller, et le fait de dormir trop en une nuit fait que quand je me décide à quitter mon lit j'ai du mal à émerger (parce que justement j'ai trop dormi). Je ne manque pas de bonne volonté, depuis quelques années avant de me coucher je fais le geste de mettre un réveil (même le WK) et dans ma tête je me dis: Aller! Demain tu te lèves de bonne heure! (Tu parles!), jamais je n'ai réussis.

J'ai besoin de vos conseils, de vos remarques. C'est quand même insupportable à l'âge de 19 ans de dormir autant de temps. Aidez moi. Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shiroi-chan

avatar

Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 22/04/2013

MessageSujet: Re: Mon sommeil me gâche la vie   Mer 24 Avr 2013 - 22:22

Chacun a un rythme de sommeil différent: il est possible que tu sois une "grosse dormeuse" comme on dit.
Si cela te gêne vraiment, le mieux est d'aller voir un spécialiste pour déterminer si tu as vraiment besoin de dormir autant ou s'il y a un truc qui cloche (je pense à ton choc affectif, mais ce n'est qu'une hypothèse). Il pourra aussi te donner des solutions.
Bon courage! Smile


Dernière édition par Shiroi-chan le Jeu 25 Avr 2013 - 4:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
milou35



Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 23/04/2013

MessageSujet: Re: Mon sommeil me gâche la vie   Jeu 25 Avr 2013 - 0:45

Merci pour ta réponse. J'en attendais une avec impatience.

Le fait que je sois une grosse dormeuse, ça oui. Je l'ai toujours était. Bien entendu cela me dérange puisque j'ai l'impression de perdre mon temps mais est-ce que je peux vraiment faire autrement? Je n'ai pas encore de réponse.

En tout cas merci encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fabien_



Nombre de messages : 55
Date d'inscription : 18/09/2012

MessageSujet: Re: Mon sommeil me gâche la vie   Jeu 25 Avr 2013 - 10:03

Chacun à son rythme, mais dans le cas présent en effet c'est trop de sommeil. Je pense que le maximum requis pour une personne avoisine les 9h30 ou 10h, mais pas plus. Ou sinon les habitudes de vie, l'hygiène de sommeil sont à revoir, ou alors un trouble.

Tu as l'impression de perdre ton temps en dormant autant, et je te comprend ! Je dormais beaucoup aussi avant, je faisais la grasse mâtiné jusque 12h voir plus. Maintenant plus rien de tout ça, j'ai appris à dormir moins mais mieux. Et je me rend compte que le temps supplémentaire est précieux. Je viens d'avoir 20 ans, donc j'ai presque ton age, et je sais ce que cela fait de vouloir profiter du temps.

Beaucoup de gens ont du mal à émerger et sont fatigués après avoir beaucoup dormi. De plus cela est lié à la dépression, donc n'est pas bon. Même si les raisons exactes à cela ne sont pas clairement établies, j'ai mon hypothèse là dessus. Je le comprend comme un excès de sommeil paradoxal. Je ne vais évidemment pas écrire une demi-page de toute l'hypothèse, mais en gros, pendant un rêve, les neurones fonctionnent très rapidement, et si une personne rêve trop, ces neurones arrivent à court de nutriments.

Si il t'arrive d'éteindre ton réveil inconsciemment, c'est que tu es en sommeil profond. Si il y a peu de souvenirs de ces moments, c'est parce qu'en sommeil profond, le cortex frontal est déconnecté du reste du cerveau. Cependant il est possible de créer une réponse au réveil (ou conditionnement de Pavlov), qui consistera en une routine matinale au lieu de retourner se coucher. Il s'agit de se mettre au lit au milieu de la journée, mettre le réveil pour 1 minute, puis au moment où il sonne de se lever et de s'habiller ou de se rincer le visage par exemple. (se rincer le visage à l'eau froide réveil aussi). Faits le une dizaine de fois par jour pendant 2 semaines, et tu ne te rendormiras plus après ton réveil. sunny

Ou alors tu peux te réveiller à l'aide d'un simulateur d'aube, pour un réveil naturel et plus agréable. C'est d'ailleurs de cette manière que tout le monde devrait se réveiller ..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MORPHEE
Modérateur


Nombre de messages : 14051
Date d'inscription : 29/11/2005

MessageSujet: Re: Mon sommeil me gâche la vie   Mar 30 Avr 2013 - 12:09

Les besoins de sommeil sont différents d'une personne à l'autre. Certains sont courts dormeurs, d'autres sont longs dormeurs, et puis certains sont du matin, d'autres du soir, d'autres ni l'un ni l'autre, ou les deux...
A chacun son sommeil, donc, et c'est vrai qu'il est parfois difficile de mettre une frontière étanche entre les longs dormeurs et les "hypersomniaques", un trouble du sommeil qui consiste en des besoins de sommeil pathologiquement importants.
Pour objectiver vos besoins de sommeil, le mieux est de remplir quotidiennement un agenda de sommeil (téléchargeable sur notre site, en bas à droite de la page d'accueil), pendant 2 ou 3 semaines, vous pourrez alors déterminer votre besoin moyen.

Après, il est important pour que le sommeil soit efficace et de bonne qualité de garder des horaires à peu près réguliers, c'est à dire surtout de se lever à peu près à la même heure le matin. Ne vous fixez cependant pas un objectif impossible, il vaut mieux un compromis qu'on tient qu'une utopie qui ne fait que renforcer la frustration de ne pas y arriver!

Le conditionnement dont vous parle Fabien peut être extrêmement efficace: enchaîner les mêmes gestes automatiques dès que le réveil sonne peut faciliter grandement la mise en route, c'est d'ailleurs ce qu'on préconise aux hypersomniaques.

En revanche, il y a de multiples raisons possibles à un sentiment de grande fatigue au réveil, et ces raisons peuvent en plus se cumuler...

S'il vous reste malgré tout des interrogations, n'hésitez pas à en parler à votre médecin traitant ou éventuellement à consulter un spécialiste!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.reseau-morphee.fr
Fabien_



Nombre de messages : 55
Date d'inscription : 18/09/2012

MessageSujet: Re: Mon sommeil me gâche la vie   Jeu 2 Mai 2013 - 2:59

Il est vrai que les besoins en sommeil dépendent notamment de facteurs génétiques, même si en vérité, les besoins en sommeil réparateur sont sensiblement les mêmes pour tout le monde. C'est la quantité de sommeil léger qui diffère surtout. Une personne n'ayant besoin que de 4h de sommeil (du au gène DEC2 mutant) peut avoir la même quantité de sommeil réparateur qu'une personne dormant 10h.

Concernant le fait d’être du matin ou du soir, comme je l'ai dit, c'est seulement du à un conditionnement par le style de vie, et ce n'est donc pas un état naturel. Certaines personnes du soir disent ne pas bien dormir en allant au lit tôt. C'est qu'après plusieurs années de mauvaises habitudes, le changement prend un certains temps. Et souvent l'hygiène de sommeil ne suit pas non plus. Mais tout le monde peut profiter des bénéfices d'aller au lit tôt.

J'y rajoute un article internet, étonnement rempli d'informations vraies, citant notamment les bien-faits du sommeil segmenté :

http://fr.canoe.ca/artdevivre/bienetre/article1/2011/07/05/18377386-ca.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MORPHEE
Modérateur


Nombre de messages : 14051
Date d'inscription : 29/11/2005

MessageSujet: Re: Mon sommeil me gâche la vie   Ven 3 Mai 2013 - 12:29

Le sommeil lent profond est le stade de sommeil qui participe massivement à la récupération de l'énergie et à la restauration du métabolisme et se trouve être relativement stable en quantité, quelle que soit la durée de la nuit. Cela n'empêche pas que les autres stades ont une utilité, même si on ne connait pas toujours la fonction précise de chacun de ces stades.
Plus importante est la bonne architecture d'une nuit de sommeil, c'est à dire la façon dont se succèdent les différents stades tout au long d'une nuit. Cette architecture est d'autant mieux préservée, ce qui garantit la bonne qualité de notre sommeil, qu'une certaine régularité est respectée.

Ainsi ce n'est pas tant de dormir tard qui pose problème mais de dormir avec des horaires irréguliers.

La régularité dépend évidemment des contraintes sociales et personnelles, et on est obligé de composer avec l'environnement. Ainsi, à l'époque où s'éclairer la nuit n'était pas simple, les gens ont pris l'habitude de couper leur nuit (d'une durée supérieure à leurs besoins de sommeil) en deux morceaux, avec une période d'éveil au milieu pour des activités plus de retrait. Sous d'autres latitudes, on a placé une sieste aux heures trop chaudes de la journée afin de profiter plus tard de la fraîcheur bienfaisante du soir. Ailleurs encore, on dort plus ou moins chaque nuit selon la saison, en fonction des activités possibles...
Bien sûr, certains paramètres restent primordiaux, comme la prise en compte de la lumière (elle empêche la sécrétion de la mélatonine, l'hormone qui donne le temps à chacun de nos rythmes, l'alternance veille sommeil, mais aussi la sécrétion d'enzymes pour bien assimiler nos repas et pour favoriser un bon métabolisme, etc...), il est donc important de s'y exposer éveillé, et de l'éviter quand on dort.

Enfin, s'il est vrai que nos comportements (surtout quand on les répète) peuvent modifier notre horloge, il n'en reste pas moins que certaines horloges ont une période endogène plus courte que d'autres: on trouvera ainsi des personnes du matin, ou d'autres du soir, avec une propension plus ou moins grande à l'endormissement pour une même heure donnée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.reseau-morphee.fr
Fabien_



Nombre de messages : 55
Date d'inscription : 18/09/2012

MessageSujet: Re: Mon sommeil me gâche la vie   Sam 4 Mai 2013 - 21:49

Il est vrai qu'il est surtout important d'avoir un sommeil profond de qualité. Quand je zappe la 2ème partie de ma nuit, je suis beaucoup moins fatigué que quand je zappe la première partie de ma nuit, essentiellement composée de sommeil profond. Je vois le sommeil profond comme un carburant de longue durée, et le sommeil paradoxal comme un sucre rapide permettant de rester en forme sur une courte durée. (Ce sont bien sur de grossières métaphores)

Concernant l'utilité de chacun des stades de sommeil, je ne suis pas d'accord sur tous les points. L'utilité du sommeil léger (je suppose que vous le sous-entendiez) est souvent mise en avant.
Mais, le sommeil léger n'a rien d'unique. Tout ce qu'il fait, le sommeil profond le fait en mieux. (5 à 10 fois mieux selon la continuité). En perspective, diminuer la quantité de sommeil léger et augmenter la qualité et la quantité du sommeil profond n'apporte que des bénéfices. J'ai comme hypothèse que le sommeil léger sert de transition entre l'éveil et le sommeil profond. Et je pense que 10% de sommeil léger sur le total de sommeil est suffisant. (Chez la plupart des gens, il occupe près de 50% du sommeil).
Et puis, la littérature scientifique a montré des problèmes de santé seulement lors de diminution de sommeil profond et paradoxal.

Dormir de manière irrégulière pose problème, mais dormir tard pose aussi problème. Dans certains cas, il vaut mieux même aller souvent au lit tôt et être irrégulier que d'aller régulièrement au lit tard. Autrement dit, il est préférable d'aller au lit à 21h la semaine et à minuit le weekend, que d'aller tout le temps au lit à minuit.

Concernant le schéma de sommeil, le type biphasique devrait être le schéma de sommeil de base pour tout le monde. Avec soit une sieste entre midi, soit, et surtout, un sommeil segmenté la nuit, car facile à mettre en place même avec des contraintes professionnelles. Ces 2 schémas présentent une multitude d'avantages par rapport au sommeil monophasique, et le sommeil le plus optimal étant même un mixte des deux, comme présenté ici :

http://i.imgur.com/zbICA.png

Il y a mille raisons d'adopter ces types de sommeil, et aucune de rester sur un sommeil monophasique. Rien que pour le sommeil segmenté, je pourrais écrire une page entière sur les bénéfices au niveau hormonal. Ce sommeil permet notamment pleins d'activité la nuit le rendant encore meilleur, comme le cardio et l'activité sexuelle excellente pour le sommeil paradoxal, mais facilite notamment le rêve lucide, la méditation... Il est aussi possible de boire la nuit, ce qui est excellent car l'urine du matin est très concentré et peux entraîner des dommages au foie avec un sommeil monophasique. En découle aussi une plus profonde clarté mentale, un temps d'endormissement diminué, une meilleure récupération physique, un moral boosté, etc .... et probablement une espérance de vie accrue !

Il ne suffit plus alors de dire que ces types de sommeil sont pratiqués à tel endroits ou à telles époques, mais qu'ils sont surtout bien, bien meilleurs que le sommeil monophasique !

Citation :
Enfin, s'il est vrai que nos comportements (surtout quand on les répète) peuvent modifier notre horloge, il n'en reste pas moins que certaines horloges ont une période endogène plus courte que d'autres: on trouvera ainsi des personnes du matin, ou d'autres du soir, avec une propension plus ou moins grande à l'endormissement pour une même heure donnée.

Le problème en restant éveillé tard (même si c'est régulier), et que le corps connait de longues journées et des courtes nuits. En regardant les fuseaux horaires africains (en admettant que nous avons évolué et somme originaires d'Afrique), on peut voir des journées de 12h et des nuits de 12h toute l'année. Meme si les conditions météos pouvaient changer à travers les saisons, il y a de fortes chances que nous avons évolué avec 12h d'obscurité par jour.
Maintenant, une personne restant éveillée tard peut connaitre des journées de 18h et 6h d'obscurité ... catastrophique pour l'horloge biologique et la santé !

Maintenant, je peux parler de la confusion entre l'argument d’être 'du matin ou du soir' et celui du chronotype ..

Le premier argument affirme que chaque horloge biologique est soit en accord, soit n'est pas en accord avec les journées/nuits de 12h, parce que c'est dans les gènes de chacun, et que ceux du soir ont naturellement des nuits courtes. Mais ce n'est qu'une excuse expliquant un pauvre comportement néolithique.

L'argument du chronotype affirme quand à lui que tout le monde à la même horloge biologique par défaut (exprimée en accord avec les journées/nuits de 12h). Mais avec l'age, notre chronotype avance d'abord, puis recule. Les adolescents ont un chronotype en avance de 2-4h, mais au passage à l'age adulte, il recule de 2-4h.
Autrement dit, et ce que j'ai omis de préciser dans mon premier poste, les pré-ados et post-ados devraient se coucher peu après le coucher du soleil, alors que les ados devraient se coucher aux alentours de minuit, pour avoir la meilleur qualité de sommeil profond. Personne n'a donc un chronotype avec une heure de coucher idéale à 2h du matin. Et la grande majorité des gens se disant du soir ne le sont pas naturellement. Il n'y a aucune base biologique pour etre du matin ou soir, seuls existent le rythme circadien normal et le rythme circadien décalé

Moi même je n'ai pas vraiment fait attention si je suis encore dans la période ado ou la période adulte, la transition biologique se faisait en moyenne vers 20 ans. Et vu que je fais plus jeune que mon age, pas sur ..

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MORPHEE
Modérateur


Nombre de messages : 14051
Date d'inscription : 29/11/2005

MessageSujet: Re: Mon sommeil me gâche la vie   Mer 15 Mai 2013 - 10:15

Il est important de différencier un fonctionnement individuel du rythme veille sommeil, qui peut intégrer différents paramètres conjoncturels ou spécifiques, des informations médicales et scientifiques qui elles concernent l'ensemble des gens, à la fois ceux qui présentent et ceux qui ne présentent pas de troubles du sommeil.
Ainsi, il est vain de hiérarchiser l'intérêt des différents stades de sommeil, et indispensable de ne pas imposer certains horaires comme seules sources de salut, le prosélytisme en matière de sommeil risquant plutôt de précipiter ou renforcer les troubles. Pour être clair, on peut dormir tous les jours de minuit à 7 ou 8 heures et avoir un sommeil parfaitement fonctionnel et efficace, c'est le cas de nombreuses personnes, même si cela n'empêche pas chacun de chercher à optimiser son propre rythme en ajustant certains paramètres.
La seule chose indispensable est la connaissance des mécanismes impliqués, tant ceux du sommeil que ceux de ses dysfonctionnements, et la rigueur scientifique est alors de mise.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.reseau-morphee.fr
Fabien_



Nombre de messages : 55
Date d'inscription : 18/09/2012

MessageSujet: Re: Mon sommeil me gâche la vie   Ven 17 Mai 2013 - 20:14

Alors pourquoi tant d'études montrant de nombreux troubles du sommeil traités avec de la mélatonine ? Pourquoi ces patients vont au lit plut tôt et dorment de façon plus régulière que les patients n'ayant pas pris de mélatonine ?

Quand une personne n'a pas de trouble, que son noyau suprachiasmatique fonctionne normalement, elle va au lit naturellement en l'absence de lumière. Si ce n'est pas le cas, cette personne n'aura pas une horloge réglée sur 24h et n'aura pas d'horaires réguliers.

Je ne vois aucun argument fort montrant qu'une personne devrait aller au lit régulièrement à minuit. Tout le monde, à l'exception de ceux ayant une maladie génétique, se cale sur l'environnement car l'organisme répond à l'absence de lumière, via les cellules photosensibles du ganglion rétinien et le noyau suprachiasmatique. C'est le stimuli qui est important.

A moins que vous me montriez qu'il existe un syndrome de retard de réception du NSC, ce qui pour le moment n'a pas été prouvé à ce que je sache.

J'en ai discuté avec 'Forevernade', un étudiant australien en bio-médical, parce que je n'avais pas le temps de faire des recherches plus approfondies, et il m'a donné quelques éléments pour répondre ici. Il était aussi surpris que l'on puisse encore croire que certaines personnes sont du soir. Il a une quantité de connaissances monstrueuse en science du sommeil, et quand il affirme quelque chose, il a d'abord pris beaucoup de recul sur la question. Alors bien sur, si vous avez des sources pour avancer ce que vous dites, lui comme moi seriont intéressés !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fabien_



Nombre de messages : 55
Date d'inscription : 18/09/2012

MessageSujet: Re: Mon sommeil me gâche la vie   Ven 21 Juin 2013 - 12:05

Pas de sources à citer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MORPHEE
Modérateur


Nombre de messages : 14051
Date d'inscription : 29/11/2005

MessageSujet: Re: Mon sommeil me gâche la vie   Ven 21 Juin 2013 - 14:53

Pas plus d'arguments en faveur d'un coucher à minuit qu'à 20h 30 ou à 22heures.
Comprendre les mécanismes du sommeil, connaitre ses besoins, les adapter en fonction de ses contraintes, permet d'optimiser au mieux son sommeil ou de pallier ses aléas.

L'article suivant met en évidence l'articulation entre chronotype, horloge circadienne et environnement:

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed?term=Roenneberg%5Bauthor%5D+AND+Life+between+clocks+%3A+daily+temporal+patterns+of+human+chronotypes&cmd=DetailsSearch


Till Roennenberg est un des spécialistes qui ont beaucoup travaillé sur cette notion de chronotype. Il a notamment coordonné la grande étude effectuée sur toute l'Europe appelée "euclock" rassemblant les différents domaines de la chronobiologie.

Vous trouverez de nombreuses informations sur le site de l'étude, par exemple en suivant le lien:
http://www.euclock.org/modules.php?name=Content&pa=showpage&pid=8

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.reseau-morphee.fr
Fabien_



Nombre de messages : 55
Date d'inscription : 18/09/2012

MessageSujet: Re: Mon sommeil me gâche la vie   Lun 26 Aoû 2013 - 12:33

Dans ces études je ne vois aucune preuve de causes génétiques aux 'couche-tard' et 'couche-tôt', mais simplement une description du chronotype et de l'horloge circadienne.

Quelques sources montrant en quoi les statuts du soir et du matin ne sont pas des états permanents :

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20370471

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/747718

Et ici : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11508728

Citation :
The biological basis of preferences for morning or evening activity patterns ("early birds" and "night owls") has been hypothesized but has remained elusive.
Que penser des ces études donc ?


Pour en revenir à mes précédents postes :

Bien sur, le graphique dont j'ai mis le lien n'est qu'arbitraire, et chacun aura ses propres horaires. Evidemment il serait idiot de dire qu'il n'y a pas de différences dans les populations, et que certaines personnes pourraient tirer leur meilleur qualité de sommeil via un sommeil monophasique, ou seulement segmenté, ou seulement une sieste entre-midi. Mais il est fort probable que la majorité de la population tirera sa meilleur qualité de sommeil via un sommeil réparti en 3 parties dans la journée. Certaines personnes préférerons une sieste de 1h30, parce qu'elles ont besoin de plus de sommeil profond, ou parce qu'elles sont intolérantes aux siestes de 20 minutes. Les courtes siestes étant aussi préférables aux adultes et moins aux enfants.

Je vais écrire ici un texte décrivant la manière dont notre sommeil est coordonné selon un environnement naturel, et comment un sommeil polyphasique 'free-running', ou sommeil libre, en découle :

L'obscurité est le premier signal (un signal pour s'endormir). Signal qui est souvent accompagné un signal thermique, car la nuit la température descend et que notre organisme veut garder une température corporelle stable ( http://ftp.rta.nato.int/public//PubFullText/RTO/MP/RTO-MP-076///MP-076-$KN4.pdf ). Ce signal est souvent mal perçu à cause de la lumière artificielle et des chauffages.


Le bruit et les mouvements sont le 2ème signal (un signal pour se réveiller). Dans une communauté unis, les bruits de la 1ère personne qui se lève va rapidement signaler aux autres personnes de se lever. Chanter, parler, danser, le chaleur du feu sont des indicateurs pour les plus gros dormeurs de se réveiller. Beaucoup de gens, seuls, ont un sommeil naturel allant en moyenne de 3 à 5h. Mais au sein d'une communauté, cette moyenne sera plutôt de 3h30-4h. Pour cette raison, les alarmes (musique de fond, alarmes-radio) sont naturelles et jouent un rôle dans un sommeil 'free-running'. Une personnes pourrait choisir de quand même continuer à dormir, mais se calera surement sur le rythme de la communauté. Ces signaux sont souvent absents, du à la l'isolement et à un style de vie individuel, souvent dans des pièces à part (seulement dans le monde moderne). Les gens n'ont plus les interactions sociales qu'ils avaient autrefois la nuit.

A un certain moment de la nuit, les gens seront à nouveau fatigué, lassés, et retourneront dormir, certaines personnes auront des relations sexuelles, puis s'endormiront suite à un flux hormonal soudain.

La lumière (et le lever du soleil) est le 3ème signal (un signal pour se réveiller), qui peut être suivi d'un léger signal sonore, car les oiseaux chantent, les autres personnes se lèvent. Il peut aussi être suivi par une alarme liée à la température, le lever du soleil étant le moment de la journée le plus froid et le plus optimal pour le sommeil paradoxal (quand la température corporelle chute). ( http://www.wisegeek.org/what-is-the-coldest-time-of-the-day.htm ) Et donc l'effet thermique de la nourriture et de l'exercice physique est la bienvenue. Ce signal est souvent inexistant à cause des volets fermés et des couvertures, gardant les gens aux chaud. De plus, la couverture crée un attachement psychologique au lit, rendant le levé plus difficile. (Voilà pourquoi je dors sans couverture, même l'hiver avec un minimum de chauffage, grâce à une bonne thermorégulation, souvent des douches/bains froids ou alors je trempe ma tête dans de l'eau froide quelques minutes avant de dormir. De plus une plus grande production de chaleur corporelle est liée à une augmentation de la quantité de sommeil profond).

Il y a peut-être un 4ème signal pour dormir, mais il est difficile à localiser. Il y a une baisse de la température corporelle et de concentration en début d'après-midi, moment idéal pour faire une sieste.

On peut donc voir ici qu'il y a définitivement 3 moments dans la journée, avec la nuit et un environnement naturel, et qu'il est idiot de chercher un sommeil monophasique de 8h comme sommeil libre. Tout se régule automatiquement, et avec un environnement correct et naturel, une adaptation à un sommeil libre en 3 parties est facile.

Mais peu de gens cernent cette logique de sommeil, même les organismes de santé passent souvent à coté.

En prenant tous ces mécanismes en considération et sachant que la plupart de ces signaux manquent chez quasi tout le monde, il devient vain de classer les gens 'du matin' ou 'du soir' . L'organisme ne se régule pas lui-même, il a besoin de signaux. Lorsqu'une personne reste tard devant l'ordinateur, elle se sentira fatigué seulement à cause de la pression de sommeil, et non parce que son rythme circadien lui indique qu'il est temps d'aller dormir. Beaucoup de gens souffrant du syndrome de retard de phase du sommeil se disent que c'est dans leur nature. Même si parfois c'est vraiment le cas, notamment à cause des mutations sur les gènes hPer2 et hPer3, dans la majorité des cas, ce syndrome est du à une pauvre hygiène de sommeil.

Quand je parle d'environnement naturel et correct, ce sont notamment des nuits de 12h environ, soit au niveau de l'équateur. Dans ces conditions, un sommeil segmenté apparaît naturellement. On va naturellement au lit après 1h ou 2 d'obscurité. Mais comme nous ne dormons que rarement 10h d'affilé, et qu'il n'est pas naturel de se réveillé dans l'obscurité, alors notre sommeil se segmente.
Mais comme nous vivons dans un environnement pollué par la lumière, cette segmentation n’apparaît pas chez beaucoup de personnes, menant à un sommeil monophasique non-optimal. Et même l'éclairage classique affecte l'horloge biologique. Regarder un écran étant le pire, mais une simple ampoule empêchera déjà de produire une grande partie de la mélatonine.
Une pièce éclairée = un peu de lumière = peu de mélatonine. Pas de lumière du tout = beaucoup de mélatonine = une bien meilleure qualité de sommeil ! (quand 1 ou 2h avant de dormir). Même la lumière de la pleine lune, relativement faible, aura déjà un impact sur la qualité de sommeil. Après, il est toujours possible de prendre entre 0.2mg et 5mg de mélatonine 1h avant de dormir, et là je pense que 30m d'obscurité seront suffisantes. (Je prend chaque soir 5mg de mélatonine, pour le sommeil mais aussi comme hormone de santé pour le long terme grâce à ces effets antioxydants, un ralentissement du vieillissement cutané, etc ..)

Bien sûr, avec une nuit (absence de lumière) de 9h, l'organisme aura naturellement un sommeil monophasique. Le problème restant qu'une nuit de 9h n'est pas optimal. De courtes nuits résultent en un sommeil biphasique avec une sieste l'après-midi, résultant de migrations plus ou moins en retrait de l'équateur de groupes de populations du début de l'humanité. Les populations pré-industriel avaient probablement un sommeil segmenté en hiver et un sommeil monophasique-sieste l'été.

Forevenade est en train d'écrire un ebook sur le sommeil en général. Il y aura une moitié consacrée aux troubles du sommeil, et l'autre au sommeil polyphasique et tout ce qui est lié au sommeil, comme l'alimentation (végétarisme, végétalisme, paléolithique, cétogène), la thermorégulation, le sommeil au cours de notre évolution, et considérant l'auteur comme un avant-gardiste en physiologie et en santé, cet ebook sera probablement l'une des sources les plus riche sur le sommeil existant à ce jour. Toutes les sources seront citées, tout sera exposé avec la plus grande rigueur scientifique possible, de façon indépendante. Si vous le voulez, je vous donnerais le lien de cet ebook, et vous pourrais me faire part de votre avis, et peut être tenter de l'améliorer.

Son but étant de mettre le sommeil polyphasique au nom de science, dans l'espoir de la rendre populaire d'ici les prochaines années et que les 'soit-disant' experts se rendent compte de leur erreur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Mon sommeil me gâche la vie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sommeil et insomnies, qu'en est-il pour vous?
» Enseignement: Le sommeil et le rêve par Lama Guendune Rinpoché
» problème de sommeil de ma fille de 3 ans et demi
» gros problèmes de sommeil avec mon petit garçon de 2 ans 1/2
» TROUBLES DU SOMMEIL, INSOMNIE, ANXIÉTÉ, DÉPRESSION

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Réseau Morphée :: Le sommeil :: Le sommeil au quotidien-
Sauter vers: