Réseau Morphée

Pour une meilleure prise en charge des troubles chroniques du sommeil
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Partagez | 
 

 sevrage du noctran

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
anke33



Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 10/11/2012

MessageSujet: sevrage du noctran   Sam 10 Nov 2012 - 15:56

Bonjour,
Suite à un travail en horaires décalés à l'age de 38 ans, à un travail pénible (informatique), et à problèmes oculaires graves, mon médecin m'a prescrit un somnifère. Par la suite, j'ai toujours eu besoin d'un somnifère. J'ai maintenant 79 ans et ça continue. Le dernier somnifère était le noctran 10 qui me convenait parfaitement : 1 comprimé chaque soir au coucher. Depuis 20 ans j'ai bénéficié d'une vie sereine et heureuse, sans accoutumance, réveil après 7 heures de sommeil jusqu'à 68 ans puis après 6 heures de 69 à 78 ans, aucune somnolence le jour et les idées parfaitement claires (nécessaire dans mon métier).

Mais voilà que Noctran a été supprimé en 2012 : catastrophe ! Mon généraliste l'a remplacé par un autre (séresta) qui m'a donné : insomnies, mal de dos, équilibre mal assuré le jour, idées confuses, inappétence, douleurs de l'épigastre semblables à un malaise cardiaque. J'ai dû arrêter ce nouveau produit après seulement 4 jours (retour à Noctran) médecin pas disponible - Puis prescription d'un autre somnifère sans résultat satisfaisant.

Une personne m'a conseillé de me sevrer du Noctran (pas mon médecin, lui ne m'a rien dit il m'a laissé souffrir). j'ai donc entamé le 26 février un sevrage par petites touches, très peu au début, puis 1/4de cp, puis progressivement jusqu'à 1/2 cp le 1er juin, puis réduction de 75% en juin, puis de 80% en juillet et août.

En septembre, j'ai réduit de 100%, et repris le séresta 10 en remplacement, mais là catastrophe à nouveau comme en février : fourmillements, douleurs musculaires, maux de tête violents de 15h30 jusqu'à minuit, bouffées de chaleurs difficilement supportables nécessitant de changer de vêtements toutes les 30' de 15h30 à minuit !

Mon docteur me dit que c'est normal et ne m'apporte aucune aide. Le 1er octobre il dit : cela vous passera dans 1 mois. Hélas nous sommes en novembre, et c'est toujours pareil. C'est désespérant; je pense que ce docteur n'est pas très bon.

Je pense que j'aurais peut-être dû allonger le temps du sevrage, sur par exemple 9 mois au lieu de 6.

S'il y a un médecin parmi vous, pourrait-il me conseiller SVP, par mail ?

C'est malheureux de ne pas pouvoir se faire aider par son médecin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anke33



Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 10/11/2012

MessageSujet: Re: sevrage du noctran   Sam 10 Nov 2012 - 16:22

j'ai oublié de préciser que j'ai maigri de 6 Kg entre février et août 2012.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MORPHEE
Modérateur


Nombre de messages : 13928
Date d'inscription : 29/11/2005

MessageSujet: Re: sevrage du noctran   Mer 14 Nov 2012 - 10:50

L’arrêt d'un médicament prise depuis 20 ans va toujours poser problème et nous n'avons pas un alternatif - le Noctran est un mélange de benzodiazépine, d'antihistaminique et de neuroleptique pour qui les risques (et surtout chez les personnes âgées) sont plus important que les bénéfices. L'arret de commercialisation a donc été difficile pour les habitués, car le sevrage va démasquer votre insomnie de fond et ajouter (pendant quelques jours a chaque diminution de dose) une insomnie surajouté (l’effet du sevrage).

Quoi faire? Je pense qu'il faut essayer de savoir plus sur les causes de votre insomnie, faire attention à l’anxiété et à la dépression, gardez une bonne hygiène du sommeil et dormir selon vos besoins et pas plus - donc si vous estimez que vous avez besoin de 6 heures du sommeil par nuit plus une sieste l'après midi (un rythme assez typique des gens de votre age) il faut se coucher tard et se lever tôt afin de ne pas passer trop de temps dans votre lit. Passez plus de temps dans votre lit augmente les insomnies.

Votre médecin a essayé le séresta (un benzodiazépine) sans réussite. Si votre insomnie semble ne pas avoir de cause médicale, le traitement de premier ligne est une thérapie cognitive et comportementale mais ce dernier est difficile d'accès en dehors des grands villes. Il se peut qu'un autre somnifère à la base des antihistaminiques ou d'antidépresseur à petit dose sera efficace. Il faut lui revoir en consultation. Si vous habitez en Ile de France vous pouvez faire une demande de prise en charge via le Réseau Morphée (a télécharger le dossier de prise en charge sur le site du Réseau).

Enfin la perte de 6kg (si vous n'avez pas fait un régime) me semble beaucoup, et il faut également évoquer cette perte de poids avec votre médecin. Tenez-nous au courant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.reseau-morphee.fr
anke33



Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 10/11/2012

MessageSujet: Re: sevrage du noctran   Ven 16 Nov 2012 - 0:18

Merci beaucoup Morphée pour votre réponse approfondie, j'apprécie votre aide et vos conseils.

Vous ne m'avez pas donné votre avis sur la durée de mon sevrage (6 mois) qui était peut-être un peu précipité. (comme je l'ai dit plus haut, je l'ai fait de mon propre chef, sans bénéficier de conseils de mon médecin généraliste)

Je demeure loin de la région parisienne, mais dans une grande ville quand même. Je vais consulter un neurologue spécialisé dans les problèmes de sommeil, je vous dirai plus tard ce qu'il me propose.
Si cela ne donne rien, j'envisage peut-être de consulter aussi un médecin homéopathe car je veux absolument retrouver un équilibre et une vie normale.

Je vais avoir bientôt 80 ans mais j'avais gardé jusqu'à ces derniers mois une forme physique très satisfaisante, une bonne mémoire, une activité intellectuelle qui surprenait plus d'un (généalogie sur plus de 30 générations, création de sites internet, rédaction de biographies familiales, etc..
Si j'emploie l'imparfait, c'est que mes facultés et mon dynamisme se sont éteints avec mes problèmes de sevrage du Noctran...

Mon sommeil était de 6h/nuit jusqu'en février 2012 (sous Noctran) c'était un sommeil réparateur qui me permettait une journée sereine et des idées parfaitement claires.
Depuis, la durée de mon sommeil est aléatoire, entre 2h et 4h selon les nuits, ce qui est insuffisant et me rend dans la journée : endolori, anxieux, dépressif, goût à rien. J'ai dû cesser toute activité...
Et je ne sais pas comment gérer cela. Je me force à faire une petite marche le matin, mais l'après-midi je ne peux plus rien faire.
Pour ce qui est de rester au lit : non, je me couche toujours vers 1h après un peu de lecture, et je me lève au plus tard à 7h du matin. Je mange à heures régulières et j'évite toute boissons alcoolisée ou excitante comme le café : correct, non ?

Bon, j'arrête mes jérémiades qui ne feront que m'attirer des critiques et au mieux de la compassion.
Et je garde l'espoir d'une vie meilleure !!

Merci encore de votre réponse. Je vous donnerai des nouvelles dans une ou deux semaines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MORPHEE
Modérateur


Nombre de messages : 13928
Date d'inscription : 29/11/2005

MessageSujet: Re: sevrage du noctran   Ven 16 Nov 2012 - 12:22

Une consultation chez un médecin du sommeil vous apportera certainement une aide - nous sommes habitués à des sevrages difficiles qui ont suivi l'arret de l'AMM du Noctran, du mepronizine et du Rivotril.

Quid du perte de poids?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.reseau-morphee.fr
anke33



Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 10/11/2012

MessageSujet: Re: sevrage du noctran   Ven 16 Nov 2012 - 14:09

Pour la perte de poids, je l'ai signalée à mon médecin traitant à 2 reprises ces 2 derniers mois.
Il l'a vérifiée sur sa balance mais n'a pas fait de commentaires. Semble-t-il cela ne l'inquiète pas.
Je pesais 70 Kg en janvier, je fais maintenant 64 Kg, pour 1m71. A vrai dire cela ne me tracasse pas trop non plus; si je vous ai signalé plus haut cette perte de poids c'est pour dresser un signalement complet de mon état, sans savoir s'il peut y avoir un lien avec les problèmes de sevrage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tudore



Nombre de messages : 147
Date d'inscription : 06/04/2009

MessageSujet: Re: sevrage du noctran   Dim 18 Nov 2012 - 16:40

MORPHEE a écrit:


Quoi faire? Je pense qu'il faut essayer de savoir plus sur les causes de votre insomnie,

Je ne suis pas médecin. Mais :

La raison est uniquement l'arrêt des drogues médicales qui ont provoquées une très très forte dépendance physique.
Et cela peut, hélas, durer des mois, voir plus.

La dépression étant, elle, totalement iatrogène (provoquée par le médecin)
Je rappelle qu'en cas de dépression iatrogène, les antidépresseurs sont totalement inéfficaces, voir pire.


Dernière édition par tudore le Dim 18 Nov 2012 - 16:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tudore



Nombre de messages : 147
Date d'inscription : 06/04/2009

MessageSujet: Re: sevrage du noctran   Dim 18 Nov 2012 - 16:45

MORPHEE a écrit:

Enfin la perte de 6kg (si vous n'avez pas fait un régime) me semble beaucoup,

C'est très courant et habituel en cas de sevrage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anke33



Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 10/11/2012

MessageSujet: Re: sevrage du noctran   Lun 19 Nov 2012 - 23:47

Merci Morphée et Tudore de l'intérêt que vous portez sur mon cas.
Mais je ne suis pas un cas isolé : d'autres personnes, certainement, seront intéressées par ces questions/réponses.
Grace à vous ce forum est une aide précieuse en particulier pour les visiteurs qui, comme moi, se trouvent un jour avec un problème de santé inconnu jusque là pour eux et qui se sentent un peu perdus.

Comme c'est réconfortant de ne pas se sentir seul !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anke33



Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 10/11/2012

MessageSujet: Re: sevrage du noctran   Mar 20 Nov 2012 - 0:17

J'ai revu mon généraliste et je l'ai un peu grondé de m'avoir laissé mariner dans mon jus et de m'avoir maintenu Séresta pendant si longtemps alors que ce produit ne convenait pas dans mon cas.
Il a remplacé Séresta 10 par Atarax 25mg (que je prends en plus de 1/8ème d'un comprimé de Noctran, car sinon c'est l'enfer). Avec Atarax je constate une amélioration : presque plus de sudations.

J'avais pris un RV chez un neurologue spécialisé. J'y suis allé aujourd'hui. Il dit que des quantités de gens sont dans mon cas. Il ne me demande pas (pour le moment) de supprimer ce que je prends et me prescrit de la Mélatonine (autorisée maintenant mais non remboursée) pendant 3 mois. Cela devrait recadrer mes heures de sommeil et augmenter un peu la durée.

Je n'ai pas encore commencé cette prescription mais je reprends courage.
Et je reviendrai indiquer ici le résultat !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MORPHEE
Modérateur


Nombre de messages : 13928
Date d'inscription : 29/11/2005

MessageSujet: Re: sevrage du noctran   Mer 21 Nov 2012 - 10:11

La mélatonine en libération prolongé est une alternative intéressante chez les personnes âgées de <55 ans. Nous avons que chez 1/3 de cette population, la sécrétion de mélatonine est diminuée et altérée (la sécrétion commence trop tôt) , avec des effets néfastes sur le sommeil qui devient fractionné.

Les dosages de mélatonine étant difficile à réaliser, nous attendons les résultats d'un traitement d'essai chez chaque patient pour voir si son sommeil est amélioré. Si oui, tant mieux, et le traitement semble rappeler à notre cerveau son devoir de secréter la mélatonine normalement. Si les résultats ne sont pas probants au bout de 3 semaines il n'est probablement pas la peine de continuer.

Renforcez les effets de la mélatonine avec un exposition à la lumière de jour (un balade) tous les matins pendant 30 minutes, faites du sport le matin et évitez les écrans lumineux le soir.

Bon courage, et tenez-nous au courant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.reseau-morphee.fr
anke33



Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 10/11/2012

MessageSujet: sevrage du noctran (suite)   Mar 12 Fév 2013 - 0:20

MORPHEE a écrit:
Une consultation chez un médecin du sommeil vous apportera certainement une aide - nous sommes habitués à des sevrages difficiles qui ont suivi l'arret de l'AMM du Noctran, du mepronizine et du Rivotril.

Quid du perte de poids?

Voilà, je reviens sur le site donner de mes nouvelles pour mon sevrage du noctran :
Comme je l'ai expliqué en novembre j'ai éprouvé beaucoup de malaises pour mon sevrage non aidé par mon généraliste.
Débuté en février 2012 sur ma propre initiative, en rognant un peu chaque semaine le comprimé de noctran, sans trop de problèmes, j'avais cru pouvoir abandonner complètement début septembre. C'est là que j'ai été le plus mal pendant 3 mois : l'enfer !

Heureusement, il me restait encore une boite de noctran : j'en ai repris 1/8 de comprimé pendant 2 mois, pui 1/16e encore 1 mois. Puis stop : cela fait maintenant 11 jours et tout va bien ou presque.

Conclusion : il aura fallu 11 mois pour réussir mon sevrage !
Mes problèmes de septembre à novembre) exposés ici en novembre étaient dûs à un arrêt au bout de 6 mois donc après un sevrage TROP COURT, la preuve : en le prolongeant 2 mois 1/2 de plus, j'ai réussi.
Je dois dire aussi que depuis 2 mois je prends aussi de la mélatonine chaque soir 2h avant de dormir, mais je ne suis pas sûr que cela ait contribué au succès de mon sevrage.

Je livre ici mon expérience qui peut être utile à d'autres, et peut-être pour un sevrage à d'autres substances
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MORPHEE
Modérateur


Nombre de messages : 13928
Date d'inscription : 29/11/2005

MessageSujet: Re: sevrage du noctran   Mer 13 Fév 2013 - 10:17

Merci à anke pour votre témoignage, et mes félicitations sur votre réussite. Arrêtez un traitement n'est pas de tout facile car il expose les troubles du sommeil qui ont resté masqué depuis logntemps et il ajout une insomnie de rebond à chaque diminution de dose. La mélatonine agit sur l'horloge biologique et peut vous apporter un vrai bénéfice.

Pourquoi? Deux systèmes régulent notre sommeil: la pression du sommeil (plus de temps qu'on passe éveillé, plus que la pression de sommeil est grand), et notre horloge biologique (qui explique pourquoi on n'arrive pas à dormir au bon moment quand on prends un vol pour les Etats Unis). Pour bien dormir il faut que les deux processus travail de façon synchrone. La café, l’anxiété, les soucis, la dépression... vont diminuer la pression du sommeil, tandis que l'age, un travail posté et une manque d'exposition à la lumière de jour vont affaiblir l'horloge biologique. La mélatonine agit sur l'horloge et le renforce. Qui lui permets de contrecarrer (un peu) l'affaiblissement de la pression du sommeil du à votre sevrage des médicaments...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.reseau-morphee.fr
 
sevrage du noctran
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» sevrage du noctran
» Retrouver le sommeil après un sevrage
» Tranquilisants,le bon sevrage ?
» Le manuel Ashton : guide du sevrage et le squelette dans le placard!
» Sevrage de psychotropes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Réseau Morphée :: Les traitements :: Les médicaments-
Sauter vers: