Réseau Morphée

Pour une meilleure prise en charge des troubles chroniques du sommeil
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Partagez | 
 

 Imovane et études : mauvais mélange ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
bBunykuny



Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 01/04/2012

MessageSujet: Imovane et études : mauvais mélange ?   Dim 1 Avr 2012 - 11:30

A la suite de plusieurs nuits quasi-blanches, dues à un stress croissant (je suis en M1 de droit dans une fac très réputée), je suis allé voir mon médecin, qui m’a prescrit de prendre 2 lysanxia par j. Et un Imovane entier au coucher. Je précise qu’avant d’aller la voir, je prenais ¼ voire un demi Lexomil, sans grand succès. Elle m’a conseillé d’en prendre pendant 14j maximum, juste pour terminer mes examens de mi-semestre (le dernier est demain) puis d’arrêter pour ne pas devenir « dépendant ».

Comme je suis très réticent à la médication à outrance, le 1er jour je n’ai pris qu’un lysanxia en plus de mon imovane et dès le second, je n’ai plus pris que l’imovane au coucher.

J’en suis au 6ème jour de traitement, et je constate de nombreux effets indésirables qui commencent à me faire paniquer. Moi qui avait l’habitude de penser très vite, d’avoir une excellente répartie et une très bonne mémoire, je me retrouve à être sans cesse dubitatif, à faire les choses au ralenti et (pour moi c’est la pire chose qui puisse arriver) des troubles de mémoires croissants. J’ajoute (j’imagine que ce n’est pas innocent) une énorme baisse de libido et une baisse d’énergie.

J’ai un peu l’impression d’errer dans mon appartement la journée sans rien faire de particulier, en attendant mécaniquement d’aller me pieuter.

J’envisage très sérieusement d’arrêter immédiatement l’imovane (j’hésite entre le faire ce soir ou bien demain, après mon examen, suivi d’un mois de « vacances »), quitte à ne pas dormir pendant plusieurs jours : être à ce point étranger à moi-même m’est insupportable. En outre, je pense qu'à moyen et long terme, cela va davantage nuire à mes résultats scolaires qu'autre chose... Pensez-vous qu’il vaut mieux arrêter progressivement (passer à un demi imovane, puis éventuellement à un quart), ou puis-je essayer de l’arrêter directement ?

Je précise qu’hier soir j’ai essayé de m’en tenir à ½, mais au bout d’1h30, je me suis résigné à prendre la seconde moitié.

Je vous remercie par avance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marmotte21

avatar

Nombre de messages : 134
Date d'inscription : 12/12/2011

MessageSujet: Re: Imovane et études : mauvais mélange ?   Dim 1 Avr 2012 - 19:58

Je penserai à toi demain pour ton examen study .
Je ne suis pas doc, j'ai juste vécu moi-même
la triste expérience de Lysanxia, Imovane...
Pour l'Imovane, il me semble important que,
après l'avoir pris, tu aies au moins 8 heures
de repos devant toi. Je ne prendrais donc pas
une deuxième moitié à une heure trop avancée.
Un sevrage au bout de peu de semaines (tu as
peut-être aussi le Lexo à sevrer ?) sera facile,
mais je ne sais pas si ça marche du jour au
lendemain. Moi, je suis en sevrage depuis une
année après du long terme à haute dose, et
j'ai encore aujourd'hui exactement ton problème
avec la façon de passer les journées, qui ne
correspond pas du tout à mon caractère Evil or Very Mad .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bBunykuny



Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 01/04/2012

MessageSujet: Re: Imovane et études : mauvais mélange ?   Lun 2 Avr 2012 - 10:00

Bonjour Marmotte21.

Hier, j'ai décidé d'arrêter de prendre imovane (j'en ai donc pris pendant 5j) en confiant la boîte à mon père pour ne pas être tenté d'en prendre pendant la nuit. Je n'ai pas dormi (peut-être quelques micro-sommeils entre 5h et 7h mais sans plus), mais je me sens bien mieux qu'après une nuit passée sous médocs et j'ai correctement réussi mon partiel.

Je vais donc essayer de maintenir le cap, même si je ne dois pas dormir de la semaine (je n'ai rien d'important, heureusement !); je vous tiendrai au courant, mais ça promets d'être sportif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bBunykuny



Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 01/04/2012

MessageSujet: Re: Imovane et études : mauvais mélange ?   Lun 2 Avr 2012 - 17:05

Je suis désolé pour le double-post, mais j'ai lu çà et là des posts qui m'ont inquiété...

Comme je l'ai précisé plus haut, j'ai arrêté brutalement Imovane hier, après en avoir pris pendant 5j, parce que je constatais que mes facultés intellectuelles étaient fortement diminuées... (sachant que ma généraliste me l'avait prescrit pour 15j, sans me préciser COMMENT arrêter cette saleté) mais cette nuit je n'ai pas pu fermer l'oeil, et j'espère n'être pas victime d'un phénomène de "rebond";

1) Un tel phénomène de rebond est-il possible après 5j seulement de prise ?
2) Ce phénomène est-il voué à persister, ou va-il s'estomper de lui-même avec le temps ?
3) Me conseillez-vous de persister dans mon "abstinence", ou bien de reprendre imovane ce soir, mais dans une moindre mesure (un demi-cachet par exemple)

Merci par avance... !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marmotte21

avatar

Nombre de messages : 134
Date d'inscription : 12/12/2011

MessageSujet: Re: Imovane et études : mauvais mélange ?   Lun 2 Avr 2012 - 20:01

Bravo pour tes examens réussis !
Je pense que tu n'as pas besoin de trop t'inquiéter :
ici, on est plusieurs à avoir eu ces médocs et des pires encore
pendant jusqu'à 20 ans. Au bout de tout ça, l'attente de se
sentir enfin mieux est bien plus pesante.
Citation :
1) Un tel phénomène de rebond est-il possible après 5j seulement de prise ?
A petite échelle oui, c'est vraiment une petite sâleté, ce truc,
mais tu t'en sortiras rapidement, surtout si tu as le calibre d'un
étudiant en droit. Si tu as eu du Lexo pendant un certain temps
déjà, ça fera un peu plus long. L'essentiel est de bien te reposer
pour ne pas risquer de déclencher une dépression. Il s'agit non
seulement de te sevrer des 5 comprimés d'Imovane, mais aussi de
te remettre du stress de la préparation des examens. Et pour les
examens finaux, si possible, travailler au mieux tout au long de
l'année pour être prêt au moment des examens sans «heures
supplémentaires».
Citation :
2) Ce phénomène est-il voué à persister, ou va-il s'estomper de lui-même avec le temps ?
Si tu te ménages correctement maintenant, ça partira. Sur le site
(cliquer dans «www» dans un post de Morphée), il y a plein de
conseils comment t'y prendre.
Citation :
3) Me conseillez-vous de persister dans mon "abstinence", ou bien de reprendre imovane ce soir, mais

dans une moindre mesure (un demi-cachet par exemple)
Si tu penses pouvoir supporter encore une nuit comme la précédente,
tu peux essayer d'arrêter d'un coup. La demie-vie d'élimination est
d'environ 5 heures, après 5 cycles de demie-vie, soit une journée,
tu as déjà débarrassé 97%. Tu dis qu'au fond, tu te sentais déjà mieux
«sans» la nuit passée, tu as même réussi un examen, ce serait dommage
d'en preprendre inutilement. Si d'un coup, tu te sens très mal,
ton père a toujours un peu de réserve pour toi, peut-être un demi-comprimé
dans un jour ou deux...

Envie d'une petite blague pour oublier les soucis ?
Elle n'est pas de moi, je l'ai reçue par courriel.
Si elle t'offense, dis-le et je l'efface
Citation :
LOGIQUE ET/OU LEGAL ?

Après avoir raté son examen de droit, un étudiant va en confrontation avec son professeur et lui dit:
- Professeur, comprenez-vous quelque chose au sujet de l'examen ?
- Cela va de soi, sinon je ne serais pas professeur.

- Bon, alors j'aimerais vous poser une question. Si vous pouvez me donner la bonne réponse,
j'accepte la note insuffisante de mon examen. Si toutefois vous n'y parveniez pas, vous me
donnerez un 20/20 comme note.
- D'accord, quelle est la question ?
- Qu'est-ce qui est légal, mais pas logique, logique mais pas légal et en plus, ni logique ni légal ?
Après une longue réflexion et avoir pris en considération toutes les possibilités qui lui venaient à
l'esprit, le professeur donna sa langue au chat et changea la note de l'étudiant en 20/20. Etant
toutefois frustré, il décida de soumettre la question à son meilleur étudiant. Ce dernier lui répondit
directement :
- Voyez-vous professeur, vous avez 65 ans et êtes marié à une femme de 30 ans, ce qui est légal
mais pas logique. Votre épouse a un amant de 25 ans, ce qui
est logique mais pas légal. Mais le fait que vous ayez donné un 20/20 à l'amant de votre femme,
alors qu'il n'avait pas réussi, n'est ni logique, ni légal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bBunykuny



Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 01/04/2012

MessageSujet: Re: Imovane et études : mauvais mélange ?   Mer 4 Avr 2012 - 19:35

Merci pour tes encouragements !

Hélas, hier soir, avant-hier soir, j'ai craqué : j'ai repris un demi cachet d'imovane (au lieu d'un entier) et j'ai "assez bien" dormi, étant donné que je venais de passer une nuit blanche. En revanche, ca a été beaucoup plus difficile cette nuit : je me suis couché vers 2h30 du matin, avec un demi imovane et je ne me suis pas endormi avant 4h. Réveil vers 10h30.

Je comptais poursuivre mon sevrage en ne prenant rien cette nuit, puis 1/2 demain, puis rien à nouveau, puis un quart etc. J'espère que je ne vais pas trop vite et que ça va marcher.

En effet, je ne ressens aucun signe tangible de fatigue : je ne baille jamais, je n'ai aucune lassitude physique et je n'ai surtout absolument JAMAIS sommeil, ce qui naturellement contribue à alimenter mon angoisse au moment du coucher. J'ai un peu l'impression (déjà !) d'être dans une impasse... Après seulement une semaine de prise de cette saleté ! Je crois que je suis dans le fameux cercle vicieux de l'insomnie qui s'auto-entretient...

Et ne t'inquiète pas pour la blague, je suis un adorateur de l'humour noir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marmotte21

avatar

Nombre de messages : 134
Date d'inscription : 12/12/2011

MessageSujet: Re: Imovane et études : mauvais mélange ?   Mer 4 Avr 2012 - 19:55

J'ai l'impression que tu es en train de t'en sortir comme il faut.
L'essentiel est que que ce soit supportable et que la tendance globale est
vers la baisse de la quantité.

Si tu supportes, je te donne la réponse que moi j'aurais
donné si j'avais été le meilleur étudiant de ce prof (je suis un peu gonflée scratch ) :

Donner des médicaments infects (Imovane, neuroleptiques) à des étudiants
qui sont la future élite du pays est légal, mais pas logique.

Si (c'est rare, mais ça m'est arrivé) un médecin utilise des neuroleptiques
comme «drogue du violeur» pour faire faire à ses patients des choses qu'ils ne
feraient pas de plein gré, c'est logique, mais pas légal.

Si on écrit aux autorités médicales pour leur demander quel comportement
adopter et ne reçoit aucune réponse... là je ne sais plus trop scratch , je ne
suis décidément pas une bonne étudiante, sinon tout ça ne me serait jamais arrivé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bBunykuny



Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 01/04/2012

MessageSujet: Re: Imovane et études : mauvais mélange ?   Jeu 5 Avr 2012 - 10:12

Je continue de poster : l'exemple d'un sevrage (ou tout du moins la tentative de sevrage) peut être utile à d'autres, à part moi-même bien entendu !

Je n'ai donc pas pris d'imovane hier et, comme la dernière fois, je n'ai pas eu sommeil... Je pense avoir dormi environ 1h ou 1h30 par tranches de 1/2 minutes, sans toutefois avoir quitté mon lit. Je ne suis pas épuisé physiquement, mais il est vrai que psychologiquement c'est assez difficile : j'ai l'impression que je ne vais jamais pouvoir re-dormir normalement. Ce soir, je suis censé reprendre un demi-cachet d'Imovane, mais j'hésite; peut-être vais-je m'en passer, si la pression psychologique n'est pas trop forte...

Très bonne réponse en tout cas, Marmotte21 !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marmotte21

avatar

Nombre de messages : 134
Date d'inscription : 12/12/2011

MessageSujet: Re: Imovane et études : mauvais mélange ?   Jeu 5 Avr 2012 - 17:38

Tiens bon, sans trop te torturer quand-même. Il y a des conseils intéressants sur le site.

scratch En fait, peut-être qu'ils font quand-même quelque chose pour nous, même s'ils ne
nous répondent pas, comme des petits lutins discrets.
S'il y a du linge sâle à laver, ça se fait en buanderie. J'ai même trouvé
de la «poudre à lessive» (elle est prévue pour les professionnels, mais la porte était ouverte) :
http://www.reseau-morphee.fr/vous-etes-un-professionnel-de-sante/qui-sommes-nous/charte
Qu'en penses-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marmotte21

avatar

Nombre de messages : 134
Date d'inscription : 12/12/2011

MessageSujet: Re: Imovane et études : mauvais mélange ?   Sam 7 Avr 2012 - 10:38

J'ai une autre idée pour finir l'histoire :

«A force de distribuer ces médocs tous azimuths, les maladies du
sommeil risquent de devenir une pandémie, ce qui ne serait ni logique ni légal»
bom
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MORPHEE
Modérateur


Nombre de messages : 13803
Date d'inscription : 29/11/2005

MessageSujet: Re: Imovane et études : mauvais mélange ?   Sam 7 Avr 2012 - 19:43

Bravo Marmotte, les conseils sont tout à fait pertinents et les messages roboratifs! Ce sont justement ces réponses judicieuses qui permettent aux petits lutins de s'appuyer sur vous...

Pour bBunykuny, suivez bien les règles d'hygiène du sommeil, et notamment celle du lever à heure régulière. Il est possible que vos journées de vacances soient moins "intenses" que celles que vous pouviez passer à travailler, surtout dans une fac exigente.
Si vous vous couchez alors que vous n'avez pas sommeil, il est normal que vous ayez du mal à vous endormir, car vous n'avez aucune "pression" de sommeil. Quand vous faites une mauvaise nuit comme la première fois que vous avez arreté l'imovane, il est plus facile de s'endormir le lendemain soir, avec ou sans traitement.
Vous pourriez ainsi attendre d'avoir sommeil pour vous coucher, tout en vous fixant une heure de lever régulière, à laquelle vous vous tiendrez, quelle qu'ait été la nuit. En tenant plusieurs jours, vous favorisez une bonne synchronisation de votre horloge biologique, garante de la bonne qualité de votre sommeil, tout en gardant une relative pression de sommeil.
Parallèlement, vous gagnerez à être bien actif dans la journée, notamment sur le plan de l'exercice physique, et de préférence le matin. De même, vous vous exposerez à la lumière du jour le matin, ce qui favorise un endormissement pas trop tard. La lumière, comme l'activité physique, joue en effet un rôle de synchroniseur de nos rythmes, avance notre endormissement quand on s'y expose le matin, tandis qu'elle le retarde si on s'y expose le soir. Ainsi, vous éviterez les écrans le soir, qui sont de nature à décaler notre rythme veille sommeil vers le tard...

Avec ces petits conseils, lever régulier, journées bien actives, et pas d'écrans le soir, vous pouvez certainement vous passer de cet imovane. Il était tout à fait judicieux pour que vous gardiez confiance pendant la période stressante des partiels, même si vous avez bien fait de "sauter" le dernier soir; comme le disent souvent les sportifs de haut niveau, une nuit blanche avant une finale ne joue pas sur les performances, c'est davantage la régularité des semaines et des mois qui précèdent qui est importante...

Bon courage, et merci encore à Marmotte!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.reseau-morphee.fr
Marmotte21

avatar

Nombre de messages : 134
Date d'inscription : 12/12/2011

MessageSujet: Re: Imovane et études : mauvais mélange ?   Lun 9 Avr 2012 - 14:21

Merci Morphée !

Les sportifs de haut niveau ont l'avantage par rapport au commun des mortels
qu'on les garde à l'abri des amphétamines. Je serais favorable à ce qu'on en fasse
de même pour tout le monde. Après tout, l'élite d'un pays (quel que soit le domaine)
est le sommet d'une pyramide de gens en bonne santé. Plus il y a de gens qui
vivent sans amphétamines..., plus la base de la pyramide est grande et le sommet
en devient plus élevé.

On dit «Au royaume des aveugles, le borgne est roi». En version humour noir,
ça donne : «Dans l'empire des camés, ceux qui sont en sevrage sont rois» scratch .
On aimerait être une bonne reine pour le peuple qui somnole dans son brouillard de
médicaments, et pour ça, on a besoin de petits lutins dans tous les pays, merci Morphée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bBunykuny



Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 01/04/2012

MessageSujet: Re: Imovane et études : mauvais mélange ?   Sam 3 Oct 2015 - 10:16

Bonjour à tous,

Après quelques années d'absences et d'insomnies moins invivables, je suis malheureusement de retour parmi vous.

J'ai connu des insomnies assez déroutantes en août, à la suite de quoi j'ai été obligé de reprendre de l'imovane, jusqu'à un entier quand ça n'allait vraiment pas. A mon retour, je suis parvenu à réduire assez régulièrement le médicament, mais je me refusais à l'arrêter totalement, ce qui a eu pour conséquence que j'ai continué à en prendre de très petite doses pendant un mois (genre 1/12ème).

Cependant il y a 10j, à la suite d'une situation stressante, j'ai été dans l'incapacité totale de m'endormir. S'en sont suivies une augmentation des doses avec un sentiment d'échec. Je prenais un quart de cachet puis, devant l'incapacité de dormir, j'en reprenais un quatre heure plus tard. Au final, mon sommeil se limitait à environ 2h par nuit, voire une insomnie totale. J'ajoute que par habitude, je prenais souvent avec ce cachet d'imovane, un quart de lysanxia, ou de tetrazepam.

Ma généraliste m'a immédiatement ordonné de cesser de prendre plusieurs molécules à la fois, et m'a affirmé qu'il fallait mieux prendre un seul médicament ; imovane OU lysanxia, quitte à en prendre davantage. Elle m'a donc dit d'en prendre un cachet entier l'espace de quelques jours, puis de réduire la dose après ce délai. Le premier soir je me suis exécuté et j'ai dormi environ 7h-8h (de légers réveils nocturnes à regretter mais rien de grave). La seconde nuit, "encouragé" par ce succès, j'ai enlevé un quart à ce cachet... Pour me réveiller deux heures après, avec l'impossibilité de me rendormir. Je pense en conséquence suivre le conseil de mon médecin et "ne pas me prendre la tête" en en prenant un entier pendant encore 3j, qu'en pensez vous ? Je ne sais pas trop quoi faire ; l'imovane va-il me permettre de dormir un petit peu au bout du compte, ou bien dois-je en déduire qu'il est inefficace ?

La sensation de ne pas dormir plusieurs nuits de suite est atroce, et j'ai vraiment l'impression de me retrouver seul au monde dans cette situation (alors même que je sais que ce n'est pas le cas !)

Je précise que j'essaye de me coucher à heure plus régulière (je suis passé de 4h du matin à 1h30 en 3j), que je me force à me lever avant 10h (alors même que j'ai envie de rester blotti au fond de mon lit...). etc. Il y a cependant une chose que je ne parviens à faire, c'est de remplir mes journées. Je reste la plupart du temps devant mon ordi, trop anxieux de me "trouver mal" par manque de sommeil si je commence à sortir ou à faire du sport... Pensez-vous que me forcer à effectuer des activités quelconque améliorerait mon sommeil ?

Bien à vous tous,

B.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bBunykuny



Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 01/04/2012

MessageSujet: Re: Imovane et études : mauvais mélange ?   Dim 4 Oct 2015 - 10:15

Bonjour,

Je ne sais pas si les double-posts sont autorisés, si ce n'est pas le cas je m'en excuse par avance.

Suivant (finalement) la consigne de ma généraliste, j'ai pris un imovane entier immédiatement cette fois et j'ai obtenu un sommeil satisfaisant (6h environs avec quelques petits réveils, mais rien de bien méchant). Je me suis forcé à ne pas reprendre de lysanxia en "supplément". Et comme après chaque "bonne nuit"... J'ai envie d'arrêter parce que je sens que l'imovane me déprime, mais je me demande si cela n'est pas mieux que je prenne un cachet entier encore 2-3j, le temps de retrouver confiance en mon sommeil. D'un autre côté, je suis terrifié par l'idée de la dépendance...

Bien à vous,

Bunykuny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marmotte21

avatar

Nombre de messages : 134
Date d'inscription : 12/12/2011

MessageSujet: Re: Imovane et études : mauvais mélange ?   Dim 4 Oct 2015 - 10:50

C'est vraiment mal fait pour cette rechute.

bBunykuny a écrit:
J'ajoute que par habitude, je prenais souvent avec ce cachet d'imovane, un quart de lysanxia, ou de tetrazepam.

Comme le Lysanxia a une demi-vie très longue, ça s'accumule terriblement et le niveau ne varie que très peu dans le courant d'une journée, même si tu l'as pris uniquement le soir. Le résultat est une somnolence chronique qui ne s'estompe pas en quelques jours après l'arrêt. Je crains qu'il faudra de la patience pour attendre que ça s'élimine au fil des semaines et mois à venir. Peut-être que le plus gros problème chez toi est le lysanxia et non pas l'Imovane.

As-tu déjà envisagé de remplacer l'imovane par du Surmontil/Trimipramine (antidépresseur tricyclique), qui existe en gouttes (1 mg/goutte) ? Officiellement, il n'a jamais obtenu l'homologation comme somnifère, mais la prescription est vraiment très courante.  Dans mon cas, déjà de faibles doses sont efficaces, 7 mg - 15 mg. Contrairement à l'Imovane, il a aussi une composante anxiolytique, grâce à laquelle tu oserais plus facilement sortir de chez toi même quand tu n'es pas en superforme, sans parler de la diminution de l'angoisse de ne pas arriver à t'endormir. Tu peux parfaitement le prendre occasionnellement. Comme il afflue très lentement, il faut le prendre déjà 2-3 heures avant le coucher. C'est un peu de l'artillerie lourde, mais je trouve que le Lysanxia est aussi de l'artillerie lourde Embarassed .

Par ailleurs, je me suis aussi acheté de l'essence de lavande, quelques gouttes sur un mouchoir à tenir près de l'oreiller.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bBunykuny



Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 01/04/2012

MessageSujet: Re: Imovane et études : mauvais mélange ?   Dim 4 Oct 2015 - 12:44

Merci Marmotte21 pour ta réponse.

Je pense en effet que l'arrêt "soudain" du lysanxia s'oppose à ma diminution rapide de l'imovane... Mais comme l'explique mon médecin et je suis assez d'accord avec elle, vaut mieux garder une seule molécule...

Une fois, ma généraliste, estimant que mes insomnies étaient liées à beaucoup d'anxiété, m'a prescrit du valdoxan. Qu'en pensez-vous ?

Par ailleurs, j'ajoute que l'euphytose me permet personnellement d'assez bien gérer les journée (les petites angoisses quand je pense au soir), comme quoi l’homéopathie est sous-estimée !

Edit : et une nouvelle nuit blanche au compteur... Malgré un cachet entier d'imovane ! Je commence à désespérer, je dois l'avouer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bBunykuny



Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 01/04/2012

MessageSujet: Re: Imovane et études : mauvais mélange ?   Mer 7 Oct 2015 - 9:02

Bonjour, quelques nouvelles... Je n'arrive à dormir qu'une nuit sur 2 (sinon c'est nuit blanche), avec un cachet d'imovane et cette situation est difficile à vivre... Y-a-t-il des chances qu'elle s'améliore au bout de quelques temps ?

Merci à tous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MORPHEE
Modérateur


Nombre de messages : 13803
Date d'inscription : 29/11/2005

MessageSujet: Re: Imovane et études : mauvais mélange ?   Jeu 8 Oct 2015 - 12:24

Plusieurs axes de réponse à vos messages récents:

Tout d'abord, vous pouvez vous appuyer sur votre expérience précédente pour rassurer votre inquiétude, bien légitime quand les nuits d'insomnie se répètent, de douter de la possibilité d'amélioration. Vous avez déjà réussi par le passé à retrouver la confiance dans votre sommeil, il n'y a pas de raison que cela ne fonctionne pas à nouveau...

Vous précisez bien d'ailleurs que les insomnies sont revenues suite à un "accident" de parcours, la mauvaise nuit inopinée qui ne pose aucun souci à qui dort bien, mais ravive les craintes de celui qui a expérimenté l'insomnie et lui fait reprendre comportements et pensées qui maintiennent l'insomnie. C'est à partir de ce moment là que le cercle vicieux "plus je m'inquiète à l'idée de ma nuit, plus je m'éloigne de l'état de détente nécessaire à l'endormissement et donc plus j'ai du mal à dormir" se remet en place, et qu'il est nécessaire d'y introduire une rupture.

Pour cela, reprenez les deux mécanismes qui sous-tendent le sommeil:
- d'une part la pression de sommeil, celle-là même qui fait qu'après une trop courte nuit, vous dormez mieux celle d'après (même si l'imovane participe également à cette "bonne" nuit). Vous augmenterez votre pression de sommeil en "remplissant" au mieux votre journée;
- d'autre part la rythmicité, ce qui fait vous féliciter de reprendre une certaine régularité. Rappelez vous néanmoins que c'est celle du lever qui permet la meilleure efficacité de notre horloge, et que vous allez renforcer la bonne synchronisation en faisant suivre cette heure fixe du lever par de l'activité physique, idéalement à la lumière du jour.
Ainsi, il est important que vous puissiez programmer littéralement les différentes activités de la journée, et que vous donniez la place belle au sport, même si vous n'êtes pas parfaitement sûr de votre forme physique. Il va en outre augmenter votre pression de sommeil...

Bravo enfin de suivre les préconisations de votre médecin en matière de traitement, le fait de "travailler" en équipe aide sensiblement à améliorer les choses...

Bon courage, et continuez à donner de vos nouvelles, même les double post passent bien!

_________________
Découvrez la Web série sur le sommeil des jeunes et l'appli gratuite Mon Coach Sommeil sur le Google Play 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.reseau-morphee.fr
bBunykuny



Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 01/04/2012

MessageSujet: Re: Imovane et études : mauvais mélange ?   Ven 9 Oct 2015 - 15:12

Merci Morphée pour votre message.

Mes nuits ne s'améliorent pas, et je commence à avoir l'impression de devenir un peu fou ; je ne pense qu'au sommeil la journée et bien évidemment, cela ne m'aide pas à dormir le soir. Je suis donc hyper stressé et par ailleurs, je suis très craintif quant à l'utilisation prolongée de somnifère. Je me demande si je ne devrais pas essayer de me sevrer dès maintenant, mais je dors une nuit sur deux, seulement.

Merci d'avance !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Itsimsgood



Nombre de messages : 126
Date d'inscription : 02/12/2012

MessageSujet: Re: Imovane et études : mauvais mélange ?   Ven 9 Oct 2015 - 20:20

Ne lâche pas c'est dure pour tout le monde. Il y a des hauts et des bas. Comme tu le dis toi-même tu penses à ton sommeil toute journée ce qui évidemment cause un certain stress. Essait de moins y penser un peu, reste occuper. Cherche aussi les activités qui atténuent les symptômes du manque de sommeil: un bain, marcher, thé/tisane, une petite bière (pas en fin de soirée). Comment te sens tu avec le manque de sommeil? Dis toi qu'on s'en sort tous. Ça fait une semaine que je dors bien, jespere que tout ça sera bientôt derrière. Tu es à la bonne place sur ce forum. Lis les messages qui te font du bien et tiens toi loin des autres!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bBunykuny



Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 01/04/2012

MessageSujet: Re: Imovane et études : mauvais mélange ?   Sam 10 Oct 2015 - 9:10

Salut Itsmsgood.

J'ai l'impression qu'une énorme partie de mon stress est lié à la peur de la dépendance, qui fait que j'entre en résistance avec le somnifère et ne dort pas très bien malgré la prise (réveil très tôt, 1h-2h après la prise, difficultés/impossibilité pour me rendormir). Du coup je me suis dit qu'entreprendre un "sevrage" (je prends le somni depuis au pire 4 mois (au début de façon très occasionnelle et pendant 1 mois à très faible dose). ne serait pas idiot, d'autant que le stresam prescrit par le médecin réduit considérablement mes crises d'angoisses de la journée. Je précise que je pars de 1 comprimé 75 par jour.

J'ai donc pris un demi comprimé  cette nuit. Je me suis réveillé au bout de 2h, mais je pense m'être rendormi 2-3 fois après (microsommeils). Mais si je me sens fatigué ce matin, je me sens moins déprimé que ces derniers jours. J'ai envie d'aller courir, et je pense que je vais aller le faire. A mon stade de "consommation", je me demande si je ne peux pas rester à 1/2 par jour quelque temps plutôt que d'alterner entre 1 et 1/2, mais je ne suis pas très sûr, d'autant qu'il m'a quand même été difficile de m'astreindre à ne pas prendre ma seconde moitié lors de mon réveil à 2h du mat...

Je commence un peu à stresser de ne pas trop dormir ce soir. Est-ce normal d'aussi mal dormir, lorsqu'on diminue ce médicament ? Et si oui, cela va-il cesser ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bBunykuny



Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 01/04/2012

MessageSujet: Re: Imovane et études : mauvais mélange ?   Dim 11 Oct 2015 - 8:33

Coucou à tous. Je suis désespéré, ca fait 3j que je dors entre 1 et 2h30 malgré un imovane. Je suis à bout, que dois-je faire ?

Je pense que j'ai vraiment besoin d'aide... Peut-être devrais-je faire un sevrage en clinique ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marmotte21

avatar

Nombre de messages : 134
Date d'inscription : 12/12/2011

MessageSujet: Re: Imovane et études : mauvais mélange ?   Dim 11 Oct 2015 - 11:02

Je suis désolée que tu vas si mal. Je crains que ce sont les effets de sevrage du Lysanxia qui commencent à frapper de plein fouet. Si tu métabolises lentement et que tu es proche de la demi-vie maximale (200 heures), tu en as accumulé pendant 8 (jours) x 5 (fois la demi-vie) = 40 jours, ce qui te fait une dose équivalente à 100 mg de Lysanxia à évacuer (pour des prises individuelles de 2,5 mg). Si tu veux tester la chose, tu peux prendre à titre d'essai un comprimé entier, ce qui ne fera toujours que 10 mg, et regarder si tu arrives à dormir avec. Si oui ou en tout cas mieux, tu en as le cœur net quant à la cause du problème.

Si l'essai est concluant, tu pourrais faire un sevrage avec du Diazepam en gouttes, qui a une demi-vie comparable à celle du Lysanxia, mais qui peut être dosé bien plus finement (en Suisse 1 goutte = 0,33 mg, en France peut-être 1 goutte = 0,5 mg). Et si tu dilues les gouttes dans un verre d'eau et en jettes une partie, tu peux varier le dosage encore plus finement. Et dans ce cas, tu arrêtes complètement l'Imovane, ce qui te fera aussi un médicament unique comme tu le souhaites. De par l'action, le diazepam a un effet anxiolytique moins prononcé et un effet sédatif plus prononcé que le Lysanxia, mais comme le problème semble être surtout le sommeil, ça pourrait tenir la route.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bBunykuny



Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 01/04/2012

MessageSujet: Re: Imovane et études : mauvais mélange ?   Dim 11 Oct 2015 - 13:12

Oui je commence à me demander si tout ne vient pas de ce foutu lysanxia, que j'ai quand même pris assez "longtemps"... Ainsi que le Panos.

Devrais-je expliquer à ma généraliste que je pense faire un sevrage difficile de ces deux médicaments ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marmotte21

avatar

Nombre de messages : 134
Date d'inscription : 12/12/2011

MessageSujet: Re: Imovane et études : mauvais mélange ?   Dim 11 Oct 2015 - 14:00

confused  qu'est-ce que c'est que le Panos ? Le Stresam ?

https://en.wikipedia.org/wiki/Etifoxine

(J'ai choisi la version anglaise, car ni la française ni Vidal ne parlent de la demi-vie).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Imovane et études : mauvais mélange ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Imovane et études : mauvais mélange ?
» Prière pour se libérer des liens mauvais !
» le Soja: bon ou mauvais pour la santé?
» Présentation des études en Physique
» Saint Jacques le Majeur Apôtre et commentaire du jour "Si vous, qui êtes mauvais, savez donner de bonnes choses à vos..."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Réseau Morphée :: Les pathologies :: Insomnie-
Sauter vers: