Réseau Morphée

Pour une meilleure prise en charge des troubles chroniques du sommeil
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Partagez | 
 

 troubles du sommeil qui évoluent

Aller en bas 
AuteurMessage
lélande



Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: troubles du sommeil qui évoluent   Lun 13 Fév 2012 - 11:43

Bonjour à tous,

Je suis nouvelle ici. J'ai 25 ans. Je suis arrivée sur ce forum suite à des recherches concernant les troubles du sommeil. Je vais tenter de vous expliquer pourquoi j'en suis arrivée à rechercher des infos alors qu'à la base, mes troubles étaient plutôt "marrants".

J'ai toujours eu un "bon" sommeil, en résumé, j'étais une "grosse" dormeuse. Quand j'étais bébé, dès que j'avais eu ma "tétée" (pour autant que je me réveillais pour l'obtenir) je me rendormai aussi vite. Bref, je faisais souvent des grass' mat'! En grandissant, à partir du moment où maman a repris le boulot, elle me réveillait pour m'emmener chez ma tantine qui me gardait et je somnolais jusque là, parfois même je ne me souvenais pas y être venue.

Adolescente, j'aimais les grasses matinées le weekend où mes parents devaient souvent me réveiller. Et la semaine était pénible, dans le sens où je me rendormais facilement 3 jours sur la semaine. Mais il est vrai que je n'allais pas spécialement me coucher tôt. J'ai commencé à parler aussi la nuit à cette période. Je ne sais pas si je le faisais avant, mais c'est à l'adolescente que ma petite soeur m'a averti de mes dialogues incongrus nocturnes. Ayant le sommeil léger, elle se réveillait à cause de moi. Parfois même, il m'arrivait de lui faire peur car j'allais la réveiller dans son lit pour lui dire des choses du genre: "Je n'ai plus envie de jouer!" O_o ou d'autres choses inutiles pour lesquelles on ne réveille pas les gens en pleine nuit! Elle en a aussi profité car elle pouvait me demander d'aller fermer sa fenêtre quand la pluie commençait ou autre et j'allais gentillement dans sa chambre lui fermer la fenêtre et me remettre au lit s'en m'en souvenir le lendemain. Il m'arrive aussi d'hurler dans mon sommeil; mais je n'hurle pas de peur, plutôt pour faire autorité! Ou alors j'ai des crises de fous rire pour des choses tellement bêtes que j'en suis parfois génée à me demander si je suis "normale". Une fois, il m'est arrivé de rêver d'une vieille dame qui "sautait sur une barre de fraction avec un 3 en dessous!" selon les dires de ma soeur qui me demande souvent ce qu'il se passe. En effet, il est possible de dialoguer avec moi pendant mon sommeil. Il m'arrive aussi d'avoir mal à la machoîre le matin. D'après la dentiste, je serre la mâchoire à fond la nuit.

Depuis quelques semaines, je me sens super épuisée dès le réveil. Je parle toujours en dormant. Depuis 2010, j'ai les mains qui s'endorment la nuit et donc me réveille par les picottement. J'ai d'abord cru à un soucis genre canal Carpien bouché, mais ce n'est pas cela. Depuis le mois d'août 2011, j'ai parfois l'avant de la cuisse droite qui s'endort lorsque je me m'allonge dans le lit. Comme si elle devenait insensible et pas moyen de m'endormir tant qu'elle ne se réveille pas. Heureusement, cela ne m'arrive pas tous les soirs. Dernièrement, j'ai tout l'avant bras droit qui s'endors en pleine nuit. A tel point que quand je veux me retourner, je dois le prendre avec l'autre main car il ne veut pas bouger.

Je vis à fond mes rêves, il m'arrive parfois de me demander si je ne rêve pas ce que je vis ou l'inverse.
L'année dernière, j'ai "sauté" sur mon compagnon en pleine nuit. La raison: Une araignée était sur mon coussin et, quand j'ai ouvert les yeux, je me suis retrouvée face à face avec cette sale bête! On en rigole encore maintenant, mais je ne suis toujours pas persuadée aujourd'hui que cette araignée n'était que dans mon rêve. Pourtant, selon mon compagnon, elle n'a jamais existé!
Parfois je lui parle aussi, mais il ne comprend pas ce que je lui dis. Je l'avais prévenu au début que nous avons commencé à dormir ensemble car ça ne doit pas être évident pour lui. Je le réveille parfois pour rien. Il m'arrive aussi de me réveiller en pleine forme après 4h de sommeil. Je me rendors assez facilement mais quand le réveil sonne, c'est la cata, j'ai l'impression que j'ai perdu toute mon énergie.

Il m'arrive aussi de rêver que je dois me battre! Et je me bats super violemment dans mes rêves. Mon compagnon ne dort pas tous les jours avec moi, donc je n'ai pas toujours de témoin pour me raconter si je vis tout le temps mes "combats" nocturnes.

Il m'est arrivait aussi de me débattre en plein nuit. Mon compagnon me demandant ce que j'avais, réponse: "AIIIDE-MOI! JE SUIS TOMBEE DANS UNE CAISSE REMPLIE D'ARAIGNEES! AIDE-MOI!" Mais je ne m'en souviens pas non plus. Il m'a dit avoir dû éviter l'agitement de mes bras pour me serrer dans les siens, me rassurer, me dire que ce n'était qu'un mauvais rêve, qu'il était là. Il paraît que j'ai mis 10 minutes à me remettre, que je tremblais de partout. Il a trouvé ça impressionnant.

La semaine dernière, j'ai regardé un film sur la déportation des juifs car j'avais lu le livre et je voulais voir comment il avait été adapté. j'ai regardé le film en fin d'après midi. Cette nuit là j'ai réveillé mon compagnon tellement je tremblais et que j'avais une drôle de respiration. Là je me souviens, du rêve et de ce que je lui ai dit. J'ai rêvé que j'étais réfugiée avec d'autres personnes dans une grande école pendant la guerre (pas de signe que je sois juive dans mon rêve) et que mon compagnon était parti dans un front de résistance. Je me suis réveillée quand les allemands sont arrivés dans la cour de l'école avec leurs armes. Je me suis rendue compte que je faisais un cauchemard, que c'était bête de continuer à avoir peur, mais je me suis blottie dans les bras de mon compagnon en tremblant. Il m'a assurré qu'il n'était pas parti, qu'il n'y avait pas de guerre, que c'était un cauchemard. je le savais, mais je n'arrivais pas à calmer mon corps.

Alors, jusque là, ça va, ça reste marrant. Mais ce weekend j'ai tapé mon compagnon en dormant... Je me souviens juste qu'il m'a grondé en me disant: "HO! Ca va aller de me taper comme ça?" Je suis un peu restée paf, je me souviens qu'il a dit ça, mais pas de l'avoir frappé. je me rappelle ce que je lui ai répondu, mais pas du ton que j'ai utilisé pour lui répondre ni de mon attitude. Visiblement je lui aurai répondu agressivement: "Ca va hein, je t'ai rien fait!" et je lui ai tourné rapidement le dos pour me rendormir. C'est cette nuit là aussi où il m'a semblait que mon bras droit était endormi, lourd, que j'ai dû le déplacer avec l'autre main. Etait-ce avant d'avoir porté le coup ou après, je n'en sais rien. Mais apparement, ce serait le bras avec lequel j'aurai porté le coup. Cela m'inquiète car je ne veux pas commencer à frapper mon compagnon. Déjà le réveiller, ce n'est pas sympa, mais si je le martyrise en plus... Il s'est réveillé ce matin-là avec une blessure à la main aussi. Mais ça, il ne se souvient pas de ce qu'il s'est passé.

Je suis de nature angoissée, stressée. J'ai déjà eu des traitements pour contrer mes angoisses depuis mes 15-16 ans j'ai de nouvelles périodes d'angoisses qui m'empêchent parfois de dormir. Celle qui revient le plus souvent est la peur de mourrir. Cette pensée m'arrive toujours le soir, allongée dans le lit, lorsque je m'apprête à m'endormir. J'angoisse à l'idée de mourrir "un jour" (même si c'est dans des années, ça m'angoisse) et ça m'empêche de respirer convenablement. Et moins j'arrive à respirer, plus je me dis que je vais même peut-être mourri là maintenant, donc plus je m'étouffe, etc... Pas la peine de faire un dessin. Dans ces moments-là, je tâche de me concentrer sur ma respiration, uniquement là dessus en attendant qu'une pensée plus agréable prenne le dessus.

J'ai pris rendez-vous chez mon médecin traitant. J'y vais ce soir. Je trouve que mes troubles du sommeil s'aggravent! Tant que c'est "marrant", même si ça m'épuise, ce n'est pas encore trop grave. Mais là je suis vraiment exténuée malgré la prise de vitamines, j'ai parfois l'envie de dormir en pleine journée. Et de plus, je ne veux pas commence à blesser mon compagnon! Il paraît qu'en plus ce n'était pas qu'un simple petit coup "sans faire exprès" ou "en se retournant". J'ai réellement porté un coup "calculé" et destiné à faire mal. Et surtout, l'agressivité dans ma voix lorsque je lui ai dit que je n'avais rien fait. En plus, d'habitude, le matin, lorsqu'on m'explique un peu les faits, je sais raconter mon rêve, je me souviens d'avoir dit ou fait l'une ou l'autre chose et dans quel but. Ici, je n'ai aucun souvenir. Si ce n'est de lui avoir répondu et d'avoir eu ce bras comme "mort"...

Voilà, je sais que c'est très long à lire, mais je pense qu'il faut que je m'attarde un peu sur le sujet pour peut-être mieux cibler le soucis.

Merci d'avoir pris la peine de lire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lélande



Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Re: troubles du sommeil qui évoluent   Mar 14 Fév 2012 - 11:32

Je suis allée comme prévu chez le docteur hier.
Elle m'a prescrit du "Zolfiden", je devrai en prendre un demi le soir avant le coucher et voir si cela fait effet.

Elle n'est pas trop pour la prise de médicaments pour dormir, elle redoute l'accoutumance.
Elle pensait me faire des tests pulmonaires, mais vu que je ne ronfle pas (d'après les dires de mon compagnon) elle ne juge pas cela nécessaire.

Donc, à voir les résultats à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MORPHEE
Modérateur


Nombre de messages : 14685
Date d'inscription : 29/11/2005

MessageSujet: Re: troubles du sommeil qui évoluent   Mer 15 Fév 2012 - 12:44

Les parasomnies que vous décrivez- somniloquie, terreurs nocturnes et compagnie sont du a des éveils incomplets - c'est à dire que vous êtes en sommeil lent profond ou en train de rêver et une partie de votre cerveau se réveille pendant que la reste est toujours endormi. Les parasomnies d'éveil incomplète sont souvent héréditaires, et sont aggravés par une fragmentation du sommeil, par une rythme de veille sommeil irrégulière, par des angoisse et par tout médicament sédatif.

Quoi faire? Il faut optimiser votre hygiène du sommeil dans un délai le plus court que possible (voir le site du réseau morphée), éviter l'alcool et le café, et avoir les heures de coucher et de lever régulières. Si les angoisses jouent un rôle chez vous parlez à votre médecin traitant car l'apprentissage des techniques de relaxation est souvent très utile. La prise en discontinu des hypnotiques est souvent efficace, mais attention, chez certains (tout comme la prise des autres sédatifs comme les anti-histaminiques) peuvent aggraver les symptômes. Si les troubles perdurent une consultation chez un spécialiste du sommeil et éventuellement une exploration de votre sommeil sera souhaitable. Tenez un agenda du sommeil (voir le site du réseau) pour la fréquence de vos parasomnies et une éventuelle relation avec vos activités diurnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.reseau-morphee.fr
lélande



Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Re: troubles du sommeil qui évoluent   Jeu 16 Fév 2012 - 14:41

Je vous remercie pour votre réponse.
Je ne consomme pas d'alcool ni de café.

Je vais habituellement me coucher entre 22h et 23h la semaine et je me lève à 6h30. Le weekend vers minuit, en sachant que c'est assez irrégulier le weekend suivant diverses invitations ou non. Lorsque je suis réellement fatiguée, il m'arrive d'aller me coucher vers 23h le weekend également, je ne mets pas de réveil le weekend, mais depuis peu, je me réveille automatiquement aux alentours de 8 ou 9h.

J'ai pris mon premier demi-comprimé de Zolfidem hier soir. Je n'ai pas arrêté de me réveiller cette nuit (peut-être par peur de ne pas entendre le réveil à cause du médicament), bref, je me suis réveillée 5 fois de ce que je me souvienne. Par contre, ce matin, j'étais très speedée. Je n'ai pas eu mon coup de barre de l'aprés-midi. On verra ce qu'il en sera par la suite, en espérant ne pas me réveiller 5X toutes les nuits...

Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lélande



Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Re: troubles du sommeil qui évoluent   Jeu 16 Fév 2012 - 14:47

Je ne sais pas si celà peut avoir un rapport, mais en mai dernier, on m'a diagnostiqué une insulino-résistance + problèmes hormonaux ainsi que des ovaires micro polykystiques. (j'ai consulté suite à une aménhorrée de 11 mois ainsi qu'une obésité présente depuis la naissance)

Je suis en traitement sous Metformax (pour l'insulino résistance); 2X 850gr par jour. Ainsi que sous Androcure 30 mg (pour les hormones); 1X une demi comprimé les 15 premiers jours de mon cycle menstruel.

Mon endocrinologue cherche toujours comment soigner au mieux mes hormones qui ne descendent relativement pas assez par rapport au traitement.

Pensez-vous que cela puisse avoir un rapport et que je doive lui en parler?

Je vous remercie d'avance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MORPHEE
Modérateur


Nombre de messages : 14685
Date d'inscription : 29/11/2005

MessageSujet: Re: troubles du sommeil qui évoluent   Ven 17 Fév 2012 - 14:41

Insulino-résistance et métformine? Les troubles du sommeil sont parfois liés aux médicaments mais la metformine n'a pas d'effets secondaires coté sommeil. Surtout dans le contexte d'une obésité il faut penser aux apnées - qui peuvent fragmenter votre sommeil et donc contribuer aux parasomnies. Ronflez-vous?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.reseau-morphee.fr
lélande



Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Re: troubles du sommeil qui évoluent   Ven 17 Fév 2012 - 15:53

Non, je ne ronfle pas. Le médecin l'a justement demandé à mon compagnon.
Ici j'ai actuellement un IMC de 31.6.

Merci pour votre réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MORPHEE
Modérateur


Nombre de messages : 14685
Date d'inscription : 29/11/2005

MessageSujet: Re: troubles du sommeil qui évoluent   Ven 2 Mar 2012 - 16:23

En ce cas il faut vraiment testé l'effet d'une hygiène du sommeil irréprochable pendant trois semaines - coucher et lever hyper-réguliers, éviction de caféine et d'alcool... voir sur le site du Morphée pour des conseils. Tenez-nous au courant de votre progrès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.reseau-morphee.fr
lélande



Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: évolution   Jeu 6 Fév 2014 - 14:47

Hello,

Ca fait un moment que je ne suis plus venue sur le forum.

Je viens vous dire qu'avec les médicaments et le temps, tout s'est dissipé. J'ai même pu arrêter les médicaments quelques mois plus tard. Peut-être cela venait-il du stress, de l'anxiété même inconsciente.

Merci pour votre aide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MORPHEE
Modérateur


Nombre de messages : 14685
Date d'inscription : 29/11/2005

MessageSujet: Re: troubles du sommeil qui évoluent   Ven 7 Fév 2014 - 13:40

Merci lélande pour les nouvelles - j suis contente que la fatigue et les nuits hachurées aillent mieux. Qu'avez-vous pris comme traitement à l'époque?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.reseau-morphee.fr
 
troubles du sommeil qui évoluent
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» troubles du sommeil après grossesse
» troubles du sommeil
» troubles du sommeil chez un enfant de 14 mois.
» troubles du sommeil bébé 11 mois
» troubles du sommeil bébé 1 an

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Réseau Morphée :: Les pathologies :: Parasomnies de l'adulte-
Sauter vers: