Réseau Morphée

Pour une meilleure prise en charge des troubles chroniques du sommeil
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Partagez | 
 

 prédominance apnées centrales

Aller en bas 
AuteurMessage
louise



Nombre de messages : 7
Localisation : 67
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: prédominance apnées centrales   Dim 15 Oct 2006 - 18:07

Bonjour,

Bien que je sois convaincue du fait que les apnées soient souvent mixtes (obstructives + qq fois centrales)...mon médecin spécialiste reste très étonné de la prédominance de mes apnées centrales.....

Même dans les cas, d'insuffisance cardiaque, ce qui n'est pas mon cas, le taux d'apnées centrales, à ma connaissance ne se situerait que dans une fourchette de 25%......or, je suis largement au-dessus et plus proche des 70%, et plus même entre 2 et 4 heures du matin.

Diagnostiquée enfin, (IAH48), il y a 17 mois...dans un état de de léthargie avancée, je suis depuis sous assistance par une bilevel. Il m'a fallu un an pour en ressentir les bienfaits. Depuis, une nouvelle polysomnographie a revelé qu'il me restait tout de même "de beaux restes....156 épisodes de µéveils et désaturation".......sous assistance. Depuis, les pressions ont eté modifiées.

Je trouve très peu d'informations concernant justement ces apnées centrales et n'arrête pas d'effectuer des consultations "ping-pong" entre neuro et pneumo!!!!
Voilà une de "mes" pathologies"........

Depuis de nombreuses années...., je navigue à vue entre des symptômes et des séquelles autant articulaires, que neurologiques....sciatique basculante, parésie faciale gauche, violentes douleurs oculaires, extrasystoles , chamboulement général de mon système neuro-végétatif...j'en passe et des meilleures!!!!!!!La liste serait longue.: En 1994, marche impossible et mon périmètre de sustentation complétement desorienté.....Enfin sérologie correcte et adéquate : maladie de Lyme, autant dans les Igm que les IgG...donc maladie déjà bien installée. traitement 21 jours amoxicicline et hop, vous êtes guérrie!!!!!

Seulement, voilà.....très consciente de mon corps et de mes ressentis, je sais pertinement que cela n'a pas suffit à arrêter" ces petites borrélies!

Le temps a continué de faire son oeuvre..bien accompagné par les spirochètes!!!!!

Alors voilà...ma question :
Peut-on concevoir, qu'une borréliose, non suffisament traitée ( j'ai le bonheur d'avoir les souches afzelii et garinii, c'est sûr) et plus peut être...sans spécifier les co-infections!...; peut, dans son évolution neurologique atteindre le système nerveux central et revendiquer la cause de mes apnées centrales?

Quelques cas, de ma connaissance, présentant les mêmes pathologies...me laissent à penser, que je n'aurais pas tort!

Merçi pour votre réponse
Cordialement
Louise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MORPHEE
Modérateur


Nombre de messages : 14732
Date d'inscription : 29/11/2005

MessageSujet: Re: prédominance apnées centrales   Jeu 19 Oct 2006 - 19:43

Il n'y a pas, a ma connaissance, une étude sur l'association éventuel entre la maladie de Lyme et un syndrome d'apnées, bien que cette association a été decrit dans d'autres éncephalites - et quand des lesions sont présente dans la bulbe rachidienne.

La maladie de Lyme peut toucher le cerveau, donc tout est possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.reseau-morphee.fr
louise



Nombre de messages : 7
Localisation : 67
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: prédominance apnées centrales   Jeu 9 Nov 2006 - 8:25

Bonjour,

Veuillez excuser le retard....la vie n'étant pas un long fleuve tranquille.!!
Je vous remercie pour votre réponse ...qui est très pondérée.

Si je suis venue poser ma question sur ce site, c'est gràce à une "heureuse rencontre" sur un autre forum, concernant les apnées, qui me l'avait conseillé.

Depuis bien plus qu'une simple décénie, je mène une recherche et un combat envers et contre tous, pour étayer mon intime conviction : je ne suis ni fibromyalgique, ni dépressive, ni une "cicatrice sérologique" de la borrélia,!

Et en ce sens, j'avais raison! Mon marathon contre le déni s'arrête enfin...
Je reviens d'un autre pays, à mes frais evidemment, avec le diagnostic : neuroborréliose chronique avec acrodermie athrophiante également chronique!

Ce que j'aimerais véhiculer maintenant içi, c'est que mes apnées centrales sont effectivement un beau feu d'artifice d'une atteinte de mon système nerveux central, dû à la neuroborréliose!

Je ne puis que regretter amèrement, ces longues années d'errence d'un spécialiste à un autre, avec les brimades que cela comporte , et dire "A quand une approche un peu plus holistique " de nos pathologies???

Si ce témoignage peut apporter une aide à une seule personne, j'aurais déjà moins de rancoeur au fond de mon coeur.

Merci à vous!
Cordialement
Louise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MORPHEE
Modérateur


Nombre de messages : 14732
Date d'inscription : 29/11/2005

MessageSujet: Re: prédominance apnées centrales   Ven 10 Nov 2006 - 10:51

Je vous remercie pour votre temoignage - et pour votre participation dans notre forum.

Le medecine du sommeil est une spécialité trés jeune et nous sommes en train de comprendre, par nos études, les effets de toutes les maladies chroniques (dont la maladie de Lyme entre autres) sur le sommeil. Que la recherche continue.......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.reseau-morphee.fr
louise



Nombre de messages : 7
Localisation : 67
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: prédominance apnées centrales   Mer 20 Juin 2007 - 10:37

Bonjour,

Sous antibiothérapie depuis plus de 7 mois, pour une borréliose persistante avec acrodermatite athrophiante chronique enfin diagnostiquée dans un pays de CEE, donc hors France où ma pathologie est déniée malgré une PCR positive à l'ADN de la borrélia...........'au secours Monsieur Kafka!)

je vous livre le fruit de ma recherche.... qui servira peut être à faire avancer le "smillblic".

1 * : J Neurol. 1995 Sep;242(9):604-7
Neuroborreliosis as a cause of respiratory failure.
Silva MT, Sophar M, Howard RS, Spencer GT.
Lane Fox Respiratory Unit, St. Thomas' Hospital, London, UK.
We report three cases of neuroborreliosis presenting with acute respiratory impairment. All the patients had encephalopathy and focal neurological signs with brain stem abnormalities in two. All three patients had respiratory arrest associated with progressive nocturnal hypoventilation or prolonged central apnoea. Tracheostomy and prolonged periods of ventilatory support were necessary in all cases and weaning was complicated by residual central respiratory disturbances. These cases emphasise that Borrelia infection should be considered in the differential diagnosis of unexplained respiratory failure.
PMID: 8551324 [PubMed - indexed for MEDLINE]

2 * (Chest. 1999;116:222-230.)
© 1999 American College of Chest Physicians
Tick-Borne Pulmonary Disease*
Update on Diagnosis and Management
John L. Faul, MD; Ramona L. Doyle, MD, FCCP; Peter N. Kao, MD and Stephen J. Ruoss, MD
* From the Division of Pulmonary and Critical Care Medicine, Stanford University Medical Center, Palo Alto, CA.
Correspondence to: Stephen J. Ruoss, MD, Division of Pulmonary and Critical Care Medicine, Stanford University Medical Center, Palo Alto, CA 94305; e-mail: ruoss@leland.stanford.edu
Ticks are capable of transmitting viruses, bacteria, protozoa, and rickettsiae to man. Several of these tick-borne pathogens can lead to pulmonary disease. Characteristic clinical features, such as erythema migrans in Lyme disease, or spotted rash in a spotted fever group disease, may serve as important diagnostic clues. Successful management of tick-borne diseases depends on a high index of suspicion and recognition of their clinical features. Patients at risk for tick bites may be coinfected with two or more tick-borne pathogens. A Lyme vaccine has recently become available for use in the United States. Disease prevention depends on the avoidance of tick bites. When patients present with respiratory symptoms and a history of a recent tick bite or a characteristic skin rash, a differential diagnosis of a tick-borne pulmonary disease should be considered. Early diagnosis and appropriate antibiotic therapy for these disorders lead to greatly improved outcomes.
Key Words: Ehrlichia • Lyme • pulmonary • respiratory • tick • tularemia

3* Chest, July 1999 by John L. Faul, Ramona I. Doyle, Peter N.Kao, Stephen J Ruoss
Clinical Features and Epidemiology
Lyme disease is the most commonly reported vector-borne disease in the United States and Europe.1 2 9 Its cause is Borrelia burgdorferi, a spirochete that is transmitted to man through the bite of the black-legged tick.15 16 B burgdorferi can infect rodents, deer, and several species of human-biting ticks, including the western black-legged tick (Fig 1) , the American dog tick, and the Lone Star tick.17 Because the small mammals that carry the ticks that transmit B burgdorferi are commonly found in wooded areas or parks, patients often provide a history of outdoor activities.12 In the United States, > 50,000 cases of Lyme disease were reported between 1982 and 1992 in 48 states.18 Most cases in the United States have occurred in the northeastern coastal states and in the upper Midwest where the vector is the black-legged tick, and in northern California where the vector is the western black-legged tick. In the parts of Europe where the vector is the sheep tick, the annual incidence of Lyme disease approximates 70/100,000 of the population.9 19 In the Netherlands, the incidence of erythema migrans is approximately 40/100,000 of the population.20 Human infections occur during the months of May through August when outdoor activities and tick nymphal stages are at their peak.21 Transmission of the spirochete requires a minimum of 36 to 48 h of attachment.22 Tick nymphs are small and hard to detect, and they may remain attached for long periods of time. Nymphs, therefore, are thought to be the most important vectors of Lyme disease (Fig 1) . It has been estimated that approximately 1.4% of tick bites lead to clinical features of Lyme disease in endemic areas.19 20 More than 1,000 people acquire the infection in the United States each year.1 18
In 75% of the cases of Lyme disease, there is no history of a tick bite.3 9 21 22 However, within 1 week of infection by B burgdorferi, a characteristic macular skin rash, erythema migrans, develops at the site of the tick bite in 80% of the cases (stage 1 Lyme disease).23 This rash may be accompanied by fever, headache, fatigue, arthralgia, and myalgia. Although respiratory symptoms are unusual, cough has been reported.24 Erythema migrans resolves spontaneously within 4 weeks, but untreated infection with B burgdorferi can lead to disseminated disease, with widespread skin lesions and progressive neurologic involvement in at least a small proportion of the cases (stage 2 Lyme disease).25 The most frequent neurologic manifestation of early or disseminated Lyme disease is cranial neuritis. Facial palsy is particularly common, and it is reported in approximately 3% of the cases (Fig 3 ). Many other neurologic sequelae of Lyme disease have been described, including aseptic meningitis, transverse myelitis, and mononeuritis multiplex.25 26 Only a small proportion of the cases demonstrates neurologic disease, and the overall prognosis of stage 2 Lyme disease appears to be excellent.27 Pharyngitis has been reported in 17% of the patients with stage 2 Lyme disease.24 One fatal case of ARDS has been reported.7 Neuroborreliosis has been implicated as a cause of respiratory failure.28 Three cases of Lyme disease associated with encephalopathy and nocturnal hypoventilation or prolonged central apnea have been reported. In these cases, tracheotomy and prolonged ventilatory support were required because of abnormal central respiratory disturbances.28

Bien cordialement

Louise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
louise



Nombre de messages : 7
Localisation : 67
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: prédominance apnées centrales   Sam 16 Mai 2009 - 8:37

16 mai 2009

bonjour

Quelques petites nouvelles et quelques petites questions.
2 années de traitement abx (evidemment pas non stop et pathologie toujours non reconnue dans notre beau pays)
Que du bonus coté neurologique. Une seconde PCR cutanée à l'ADN de borrélie négative et une troisième positive, ce qui en donne deux positives à des endroits différents....mais pas d'ACA .....que nenni! Razz

Bibap depuis début 2005 avec du bonus ..puis doucement après 3 années, je supporte de moins en moins. En décembre 08... je ne supporte plus du tout. Donc arrêt sur 4/5 semaines et polysomno....quelques apnées obstructives supplementaires , apnées centrales quelques unes encore ..mais (eh oui, dans la vie, il y a toujours des mais!) trop de désaturations .
Je quitte ma copine pour une autre (début très difficile, mon prestataire ne connait pas l'appareil et m'envoie la pleine pression ; j'ai cru que mon coeur allait éclater et j'ai mis 3 jours à m'en remettre) puis tout doucement..après 10 nuits de tests, nous avons trouvé ensemble le mode "automatique -tique.

Depuis également j'ai fait effectuer des diagnostics différentiels (encore et encore) : maladies auto-immunes, collagènoses et même tropyréma whipelii....... qui tout comme la borrélia peut amener ce genre de troubles autant coté apnées que cutanée... rien....de rien! (concsgné dans le livre de M. Billiard et Y. Dauvillier sans voulouir faire de la pub gratuite!

Alors , ma question : mais d'où donc peuvent me venir ces symptömes ou séquelles???? Et surtout ces nombreuses désaturations???
merci à vous
cordialement
Louise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MORPHEE
Modérateur


Nombre de messages : 14732
Date d'inscription : 29/11/2005

MessageSujet: Re: prédominance apnées centrales   Lun 25 Mai 2009 - 16:04

Les désaturations peuvent témoigner des apnées et des hypopnées mais chez certains patients (et surtout ceux en surpoids) sont un reflet d'une hypoventilation alvéolaire, ou d'une taux d'oxygène dans le sang basse de facon chronique qui majore les effets des petits événements respiratoires.

Parlez en avec votre medecin spécialiste qui peut vous orienter (si il ne l'a pas déjà fait) chez un pneumologue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.reseau-morphee.fr
louise



Nombre de messages : 7
Localisation : 67
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: prédominance apnées centrales   Lun 25 Mai 2009 - 19:23

Merci pour votre réponse.

Je suis suivie par un pnemologue...qui ne comprend pas très bien..(ou alors il ne me le dis pas!) ce qui m'arrive...Je ne suis pas en surpoids, jamais été , ne bois aucune goutte d'alcool!!!!

cordialement
Louise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
prédominance apnées centrales
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Qu’est ce qui influe sur les apnées centrales ?
» Qu’est ce qui influe sur les apnées centrales ?
» Apnée et vide de pensée
» Leucémies infantiles + fréquentes près centrales nucléaires
» insomie et apnées du sommeil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Réseau Morphée :: Les pathologies :: Ronflements & Apnées du sommeil-
Sauter vers: